L'article

Plus d’unité pour un plus grand impact

Plus d’unité pour un plus grand impact
 
23.12.13 - Les traditionnelles semaine de prière de l'Alliance Evangélique internationale et de prière pour l’unité de fin janvier exhortent les chrétiens à l’unité. Mais concrètement, l’unité visible entre chrétiens a-t-elle un impact sur la société? Et qu’apporte-t-elle aux Eglises?
Trouvez sur ce site les autres articles de ce dossier.
«L’union fait la force!». Ce dicton peut-il s’appliquer aux chrétiens? Olivier Fleury, responsable de JEM et ex-directeur de l’initiative Alpha en Suisse Romande, émet d’emblée une distinction entre l’unité religieuse institutionnelle et l’unité visible mise en action: «Quand il s’agit de collaboration sur des projets d’évangélisation ou humanitaires, l’unité fait la force. Mais je ne suis pas certain que l’œcuménisme vécu sous la forme de célébration religieuse apporte vraiment quelque chose». Cette distinction est-elle pertinente? Dans les faits, l’impact semble en effet se vérifier dans plusieurs domaines.

1. Impact sur la société
L’unité vécue dans la sphère religieuse joue un rôle pacificateur. Il est assez inédit, aux yeux de la société, que des chrétiens de différentes dénominations se retrouvent volontairement dans un même lieu avec un même objectif. Il n’est alors pas rare qu’un élu local voire national se déplace.
C’est ainsi que le ministre de l’Intérieur français Manuel Valls et le maire de Paris Bertrand Delanoë ont fait acte de présence à Protestants en fête à Paris, en septembre.
Simple démarche électoraliste ou politesse, direz-vous! C’est plus subtil, selon Christophe Monnot, professeur en sociologie des religions à l’Université de Lausanne. Cette présence politique dans un événement d’ordre religieux participe d’une mise en scène de la bonne entente entre les politiciens et les acteurs religieux. Ainsi, «le rassemblement œcuménique légitime le religieux en faisant de lui un facteur de cohésion sociale». Dans un contexte où les religions sont souvent associées aux conflits, une unité visible des chrétiens envoie un message de paix, auquel les dirigeants apprécient d’être associés.

2. Impact politique et institutionnel
«En Suisse, sur la question des droits d’asile et sur le travail du dimanche, la position commune des Eglises chrétiennes a eu du poids», relève Christophe Monnot. Cet impact a pu se mesurer dans les votations suisses jusqu’au début des années 2000. D’autres succès d’actions communes en témoignent: la campagne œcuménique Action de carême sur la sensibilisation au commerce équitable, la lutte contre l’exploitation d’enfants, etc. Ainsi, les valeurs chrétiennes véhiculées dans l’unité gagnent en force et peuvent faire la différence.
Pour autant, «les Eglises, même unies, n’arrivent pas toujours à se faire entendre», modère Christophe Monnot. «En effet, leur position est déjà très en marge de la société». Pour exemple, la forte mobilisation d’une majorité de chrétiens contre le Mariage pour tous en France n’a pas empêché le vote du projet.
Mais si la force du message est parfois limitée, les actions menées dans l’unité confèrent une certaine crédibilité. Selon la casquette qu’il endosse devant les institutionnels, Guy Barblan remarque que l’intérêt suscité n’est pas le même. On lui accorde bien plus de crédit s’il se présente comme «Guy Barblan, membre du Conseil œcuménique du canton de Vaud» que s’il arrive en tant que Guy Barblan de l’école de musique Psalmodia».
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © Alliance Presse
 
En savoir plus

L’unité dans la prière

Chaque année depuis 1846, au mois de janvier, les chrétiens consacrent une semaine à la prière. Du 12 au 19 janvier, les évangéliques du monde entier sont en effet exhortés à organiser des rencontres de prière. Le CNEF en France et le RES en Suisse, représentant l’Alliance évangélique mondiale, ont édité un guide de prière à cet effet.
Mais les Eglises qui se reconnaissent dans l’élan du protestantisme évangélique ne sont pas les seules à consacrer une semaine de prière en janvier. En effet, la semaine suivante, les chrétiens sont invités à vivre la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens, sous l’impulsion du Conseil œcuménique des Eglises et du Conseil pontifical pour l’unité des chrétiens. Cette initiative a été lancée en 1908, par le Père Paul James Francis Wattson, un ministre épiscopalien américain.
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x