L'article

Pasteur, une profession en crise

Pasteur, une profession en crise
 
24.04.17 - Burn-outs, dépressions, renoncement à sa vocation touchent un nombre croissant de pasteurs. Le pastorat, une profession en crise? Dossier.
5,5% de la population traverse un épisode de dépression. Ce chiffre grimpe à 10% pour les pasteurs méthodistes, selon une enquête de l’Université américaine de Duke. Autre phénomène observé parmi les pasteurs, les «abandons de ministère», eux aussi en augmentation. De nombreux observateurs jugent la situation préoccupante et affirment que le modèle du pastorat doit être révisé.

Repères changeants et cahier des charges flou
Une chose est sûre: les temps ont changé. «Même si le service pour Dieu a toujours engendré des défis et parfois de l’opposition, d’autres difficultés s’y ajoutent aujourd’hui. Une partie est due à la fragilisation de nos sociétés modernes de rendement, de consommation et de mobilité accrue», analyse Jonathan Ward, spécialiste de l’accompagnement de pasteurs et autres missionnaires en situation de besoin dans le cadre du RESAM.

Parmi les défis fréquemment cités figure la difficulté de gérer l’emploi de leur temps, en raison de l’absence d’un cahier des charges suffisamment défini. Autres difficultés évoquées, celle de trouver l’équilibre entre les besoins de sa propre famille et les besoins sans fin du ministère, la douleur de subir des critiques et l’absence d’encouragement sous forme de résultats attendus ou de reconnaissance pour le travail accompli.
D’autres facteurs encore mettent les pasteurs sous pression.
Parmi eux, la multiplication des ressources d’édification disponibles sur internet. «Les fidèles ne viennent plus forcément à l’Église pour y être enseignés, alors que c’est la discipline dans laquelle les pasteurs sont principalement formés», analyse Marc Gallay, pasteur du Gospel Center de Lausanne et membre du bureau de la FREE. En plus, la part de prédication et d’enseignement dévolue au pasteur peut changer sensiblement d’une communauté à l’autre. Marc Gallay a lui-même exercé jadis dans une Église où les membres du conseil prêchaient tous. Dix ans plus tard, il s’est retrouvé seul avec le pasteur jeunesse à assurer ce service. «Cette génération d’anciens formés à la prédication est sur le départ», observe le pasteur FREE.

Enfin, que dire de la mixité des publics et de leurs attentes diverses et parfois pointues? «C’est un défi d’être efficace et pertinent de la garderie jusqu’au quatrième âge», note Marc Gallay. «Certains viennent à l’Église moins pour se laisser interpeller que pour trouver des solutions à des questions ou problèmes précis.»

Trois modèles en concurrence
Le conservatisme des Églises évangéliques est une autre source de frustration récurrente. «Certaines Églises tiennent à leurs manières de faire, qui datent de 30 ans et plus.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © Ixène
 

x