L'article

Pas inquiet du prosélytisme

Pas inquiet du prosélytisme
 
20.03.17 - Jean-Louis Bianco, président de l’Observatoire de la laïcité explique la perception du prosélytisme de son organisme. Entretien.
L’Observatoire de la laïcité a-t-il abordé la question du prosélytisme?
Ce sont des questions qui, pour nous, sont de l’ordre de la responsabilité des religions. Nous n’avons pas à donner un avis sur la manière dont les religions travaillent. Notre champ, c’est le rapport entre les religions et l’État, les religions et les citoyens.


La notion de prosélytisme en droit français, est-elle définie? Comment la comprenez-vous?
Non, elle n’est pas très bien définie. Elle est définie surtout par la jurisprudence et souvent, l’on parle de prosélytisme abusif.
L’idée générale qui est à peu près appliquée, c’est qu’on ne peut pas être taxé de prosélytisme quand on manifeste ses convictions dans la rue de manière non-agressive. Si par contre on exerce une pression morale ou physique, là, on abuse d’un droit.

La question se pose-t-elle de la même manière pour les agents publics que pour monsieur Tout-le-Monde?
Les agents publics ont un devoir de réserve par rapport à leurs propres convictions, qu’elles soient religieuses ou politiques.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: Dr
 
En savoir plus

Un prof suspendu

Fin janvier, un collectif de parents de Malicornay (Indre) a dénoncé un enseignant de CM1-CM2 dans une lettre anonyme. Après la visite d’un inspecteur, l’enseignant a été suspendu et une enquête administrative ouverte. Le professeur aurait manifesté un intérêt prononcé pour l’enseignement du fait religieux, en faisant étudier aux élèves des pages du livre biblique de l’Exode ainsi que des extraits du livre Le Christianisme par les textes. Il a également projeté un livre sur la vie de Moïse et un autre sur l’Evangile de Matthieu, selon notre confrère La Croix. Dans l’entourage de la Ministre de l’éducation nationale, on estime que l’enseignant de Malicornay a manqué aux obligations de neutralité du fonctionnaire. Du côté syndical, le secrétaire général du SE-Unsa a jugé la mesure prise envers l’enseignant «extrêmement lourde et stigmatisante.»
 

x