L'article

Nos chants sont-ils «théologiques»?

Nos chants sont-ils  «théologiques»?
 
21.10.13 - Pour son travail de master, Jonathan Vaughan a étudié le contenu doctrinal de cinq recueils de chants.
Les chants des trois recueils Jem sont-ils théologiquement plus plats que les anciens cantiques du «A toi la gloire» et du «Alléluia»? C’est à cet exercice de comparaison et d’analyse que s’est prêté le pasteur et musicien Jonathan Vaughan, dans son travail de master, rendu ce printemps à la FLTE de Vaux-sur-Seine. Intitulé L’évolution récente du chant: une analyse du contenu doctrinal de cinq recueils, le mémoire ne fait pas que constater, chiffres à l’appui, il propose aussi certaines pistes de réflexion et d’action aux Eglises.

Un reflet de la spiritualité évangélique
Jonathan Vaughan est parti des onze sections de la confession de foi du Réseau FEF, puis s’est demandé quelles affirmations figuraient dans les cinq recueils étudiés.
L’une de ses conclusions: «Le contenu doctrinal, même s’il est moindre dans les Jem que dans les recueils traditionnels, est similaire pour la majorité des sections de la confession de foi choisie». Il y a cependant plusieurs évolutions: certains thèmes, par exemple le péché et la Bible, sont moins traités dans les Jem. De plus, entre les «vieux» cantiques et les chants contemporains, «on observe des changements d’accents sur les thématiques traitées». La question de la croix de Jésus-Christ, par exemple, est moins abordée dans les deux premiers recueils du Jem qu’elle ne l’était auparavant.
Pourquoi? Alors que le A toi la gloire est formé de plusieurs rubriques, qui balaient maintes doctrines, les Jem traduisent la volonté des éditeurs de recueillir les nouveaux chants composés: «Les préoccupations et les souhaits des compositeurs et des membres de l’Eglise se traduisent forcément dans les chants. Le contenu des Jem est donc le reflet de l’évolution de la spiritualité évangélique». On est aussi progressivement passé d’un registre objectif, c’est-à-dire axé sur Dieu et son œuvre, à des chants plus subjectifs, qui mettent l’accent sur ce que signifie la foi pour moi. La psychologue Sarika Pilet qui, en 2006, avait étudié les chants du tout nouveau Jem 3, était déjà arrivée à la même conclusion. Autre changement, assez ostensible relevé par Jonathan Vaughan: «Les cantiques à quatre strophes, qui transmettent un certain contenu, ont laissé la place à des refrains assez brefs, répétés plusieurs fois.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © Alliance Presse
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x