L'article

Ne surestimons pas la COP 21 à Paris

 
23.11.15 - La Conférence des parties sur le climat de Paris (COP 21) est déjà la 21e depuis celle de Berlin en 1995. Mais pourquoi donc la plupart des sommets internationaux accouchent-ils d’une souris?
«Je n’attends pas une grande révolution de la COP 21. J’espère en revanche qu’elle suscitera une prise de conscience accrue de la crise climatique et de la responsabilité partagée». Historien de l’environnement, docteur en histoire et directeur du centre des Courmettes d’A Rocha en France, Jean-François Mouhot est bien conscient des limites d’une conférence rassemblant près de 150 Etats. L’auteur de Des esclaves énergétiques: réflexions sur le changement climatique (éd. Champ Vallon) admet que décrocher un consensus et un accord avec un si grand nombre d’Etats à table relèverait de l’exploit.
Stefan Aykut, sociologue, chercheur à l’INRA et auteur de Gouverner le monde ? 20 ans de négociations (Presses de Sciences Po), rappelle que de grands espoirs avaient été placés dans la COP Copenhague 2009. Espoirs déçus par un texte insignifiant ou presque. «Je crois que les Etats ont tiré les leçons du passé. Ils ont compris que l’approche par un traité imposé à tous ne fonctionne pas, car certains pays n’en veulent pas». Aujourd’hui, analyse-t-il, on prend conscience qu’une action à tous les niveaux (mondial, étatique, local et individuel) est nécessaire.

Contentieux Nord-Sud
Mais pour le chercheur franco-
allemand, une des principales difficultés de la conférence de Paris réside dans le contentieux entre le Nord et le Sud. Le Nord exige du Sud des efforts en matière de mesures anti-
pollution. Cependant, les pays du Sud jugent les exigences occidentales inappropriées, estimant que ce sont les donneurs de leçons industrialisés qui ont grandement contribué à la pollution dans le Sud.

Et nos intérêts particuliers?
Steve Tanner, directeur d’A Rocha Suisse, ONG chrétienne de préservation de l’environnement, renchérit: «Plutôt que de considérer la question à l’échelle de la planète, les dirigeants protègent des intérêts particuliers, ce qui bloque les négociations. C’est à la rue de manifester et d’exiger la solidarité nécessaire de la part de leurs dirigeants». Pas étonnant, à ses yeux, que l’engouement en amont de la conférence ait été aussi intense.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
En savoir plus

L’écologie confisquée par la gauche athée

«C’est malheureux! Les écologistes ont épousé la gauche. Du coup, si l’on écoute le discours d’Europe Ecologie des Verts, être écolo, c’est être pour le mariage pour tous, pro-Palestinien et anti-nucléaire. On peut ajouter à cela une présence marquée d’ésotérisme et de syncrétisme chez les militants écolos et altermondialistes de la première heure». Jean-François Mouhot déplore ce packaging identitaire.
(...)
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x