L'article

Mes gamètes, ma responsabilité

Mes gamètes, ma responsabilité
 
19.02.18 - Le don de sperme ou d’ovocyte soulève de nombreuses interrogations, surtout parmi les chrétiens. A l’heure où tout se vend, même son patrimoine génétique, la Bible a-t-elle encore quelque chose à enseigner à ce sujet? Analyse.
«Devenez donneur/euse de bonheur.» Tel est le slogan de la récente campagne de l’Agence de la biomédecine française incitant à céder ses gamètes. Car avec la perspective de l’élargissement de la PMA aux couples de femmes, conformément à la promesse du candidat Emmanuel Macron, la pénurie se profile. Donner ses gamètes (sperme ou ovocyte) serait-il un geste altruiste, comme le don du sang, ou contraire à la morale biblique?
Sommes-nous responsables de nos gamètes?

La responsabilité du parent biologique
Françoise Pillon, titulaire d’un Master en bioéthique de la Sorbonne, rappelle le statut unique des gamètes. Contrairement au sang ou aux organes, ils «ont pour fonction de donner la vie à condition de fusionner avec d’autres gamètes. Plus précisément, un ovocyte fusionnera avec un spermatozoïde pour donner un embryon.» De plus, «ces cellules reproductrices sont structurées différemment des autres cellules. Chaque parent donne un exemplaire de ses chromosomes et une fois la fusion opérée, on a affaire à un être différent», argumente-t-elle.
Pour cette spécialiste, ce lien biologique entraîne des obligations morales envers un être qui hérite de la moitié de son capital génétique. Elle fait le parallèle entre l’enfant, image de ses géniteurs, et les êtres humains, faits à l’image de Dieu: «Quand on voit la responsabilité que cela représente, on peut penser que cette analogie est importante.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © Istockphoto
 
En savoir plus

Quelques dates clés de la bioéthique:

Début XVIIIe
Première insémination artificielle intraconjugale, Ecosse

Fin du XIXe
Première insémination artificielle avec don de sperme, USA

1978
Naissance de Louise Brown, premier «bébé éprouvette», Royaume-Uni

1984
Naissance de Zoe, premier enfant issu d’un embryon congelé, Australie

1992
Mise au point de l’insémination d’un ovule par microinjection (ICSI), Belgique

1994
Premières lois de bioéthique, France

1996
Naissance de Dolly, premier mammifère cloné, Ecosse

2018
Naissance de deux singes clonés, Chine

Claire Bernole
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x