L'article

Martin Luther King, la non-violence qui dérange

Martin Luther King, la non-violence qui dérange
 
19.03.18 - Alors que l’année 2018 marque le cinquantième anniversaire de la mort de Martin Luther King, force est de constater que son combat pour la non-violence ne fait pas l’unanimité dans les Eglises. Quel héritage a-t-il laissé? Y a-t-il aujourd’hui des guerres «justes»? Pourquoi les Américains semblent-ils à la fois chrétiens et violents? Dossier.
L’année 2018 marque le cinquantième anniversaire de l’assassinat de Martin Luther King. Ce pasteur baptiste, devenu icône de la non-violence au même titre que Gandhi, dont il s’est inspiré, est mondialement connu pour avoir lancé le mouvement pour les droits civiques des Noirs aux Etats-Unis entre les années 50 et 60.
Cette lutte, dont on attribue le début au boycott des bus de Montgomery, en 1955, se solde par le Civil Rights Act de 1964 interdisant toute forme de discrimination raciale dans les lieux publics. Sa motivation, sa force et sa persévérance, Martin Luther King (MLK) les puisait dans sa foi en Dieu et dans le Christ. S’il a pour sûr été une inspiration pour les milieux pacifistes et de résistance, a-t-il également influencé les milieux chrétiens et notamment évangéliques? Rien n’est moins sûr.

Un intérêt récent
«Certains théologiens se sont peut-être laissés interpeller par Martin Luther King, mais pas autant que ce que nous pourrions espérer», annonce d’emblée Serge Molla, docteur en théologie, spécialiste de la culture noire américaine et auteur de Martin Luther King, prophète (éd. Labor et Fides), sorti en mars. Hansuli Gerber, ancien pasteur mennonite et membre actif de la section suisse du Mouvement international de réconciliation (MIR) ajoute que «si MLK est écouté parmi les évangéliques, l’intérêt est très récent.»
Pour le MIR toutefois, qui rejette la guerre et toutes les formes de violence comme moyen de résolution de conflits, Martin Luther King a été une référence importante.
La création du MIR, au début de la Première Guerre mondiale, a été inspirée de l’Evangile et ses membres étaient, jusque dans les années 70, majoritairement chrétiens. «Il y a toujours eu dans les Eglises des membres sur la voie de la non-violence et du pacifisme, mais ils restent minoritaires», explique Hansuli Gerber. Les chrétiens seraient-ils favorables à la violence? «Non. Mais la question de la violence et notamment de l’utilisation des armes, est un débat qui a toujours lieu dans les Eglises», répond le mennonite.
«Je suis certain que MLK dérangerait encore aujourd’hui», affirme Hansuli Gerber. En s’opposant notamment à l’engagement militaire de son pays au Vietnam, MLK s’est montré anti-nationaliste.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © DR
 
En savoir plus

La non-violence de la Bible mise en pratique

Pour Martin Luther King, la non-violence puise sa source dans le Sermon sur la montagne (Mat. 5, 38-44): «Vous avez appris qu’il a été dit “œil pour œil, dent pour dent”. Mais moi, je vous dis de ne pas résister au méchant. Si quelqu’un te frappe sur la joue droite, présente-lui aussi l’autre.
(...)
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x