L'article

Les oracles sont morts, vive les sondages

 
23.04.07 - Les sondages sont devenus un lieu commun des campagnes politiques. Plus
généralement, on les accuse d’influencer les normes de la société. Qu’en est-il?
Entre les deux tours des présidentielles françaises, un premier bilan s’impose. Auriez-vous voté pour le même candidat en l’absence de sondages? 250 sondages ont été publiés avant le premier tour alors qu’en 2002, les électeurs n’en avaient eu droit «qu’à» 193 pour l’ensemble de la campagne.

La mode du sondage
Pourtant, la sondagite aigüe ne concerne pas les seules échéances politiques. La majorité des médias y recourt quotidiennement ou presque, en écho à un événement ou un fait de société. Tout est bon pour poser une question à son lectorat ou à un échantillon représentatif de la société: la fuite fiscale de Johnny Hallyday, le mariage ou l’adoption gay, ou encore la qualité d’une campagne
électorale.
Les professionnels parlent du sondage comme d’un outil pour mieux comprendre et, par conséquent, tenir compte des avis de la population. À l’autre extrémité, certains qualifient le recours au sondage de symptôme de la paresse des journalistes, qui ont délaissé le terrain pour l’interprétation des derniers chiffres.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x