L'article

Les évangéliques sont-ils nombrilistes?

Les évangéliques sont-ils nombrilistes?
 
20.05.19 - Dans une société où l’individualisation est croissante, la tentation est grande pour l’Eglise de se centrer sur elle-même. Quelles précautions mettre en place? Perspectives.
Activités d’Eglises toujours plus nombreuses, louange moderne davantage focalisée sur l’individu, prières orientées vers ses propres besoins (ou à la limite ceux de l’Eglise), les communautés évangéliques sont-elles devenues un peu trop centrées sur elles-mêmes?

Des situations différentes
Les Eglises évangéliques sont multiples et diverses. Dès lors, toute généralisation s’avère risquée et forcément caricaturale. Professeur d’éthique et de spiritualité à la Faculté Libre de Théologie évangélique (FLTE) de Vaux-sur-Seine, Louis Schweitzer voit plutôt le nombrilisme comme «une tentation forte, un danger». Pour lui, «on y succombe parfois mais pas toujours».
Il souligne ainsi qu’il peut arriver que des Eglises se distinguent par une grande générosité et une forte capacité à s’engager autour d’elles. La communauté d’Yves Bulundwe en fait partie. Bien que créée récemment, l’Eglise a fait le choix de s’investir dans des associations existantes pour pallier son manque de moyens et concrétiser son désir de s’ouvrir aux autres. Ce type d’engagement ne se retrouve pas partout pour autant. Le jeune pasteur de Lausanne a l’impression que pendant longtemps «on a surtout développé des Eglises très pastorales où les gens viennent parce qu’ils ont besoin qu’on prenne soin d’eux».
Ces communautés ont tendance à être un peu repliées sur elles-mêmes.

Les raisons sous-jacentes
Plusieurs éléments peuvent être avancés pour expliquer la concentration de certaines Eglises sur leur propre fonctionnement. Deux d’entre eux semblent jouer un rôle particulièrement déterminant. En premier lieu, Evert Van de Poll, professeur à la Faculté de théologie évangélique de Louvain, précise qu’une communauté «n’a pas toujours en interne les ressources humaines, ni les compétences pour s’intéresser à des questions qui dépassent son cadre local».
De plus, la problématique de l’ecclésiologie semble aussi être déterminante. L’accent important mis sur l’Eglise locale dans le monde évangélique francophone actuel a une incidence sur la façon de percevoir et de vivre l’Eglise. Louis Schweitzer fait le parallèle avec le catholicisme: «Quand on parle à un catholique, il va d’abord avoir conscience d’être membre de l’Eglise catholique et seulement ensuite d’une paroisse locale.» Il reconnaît toutefois qu’il y a du positif comme du négatif dans ces deux approches.

La nécessité de s’ouvrir
Pour insister sur l’importance d’aller vers les autres, le pasteur Yves Bulundwe cite le théologien allemand Dietrich Bonhoeffer qui affirmait que l’Eglise «n’est Eglise que si elle est là pour les autres». Une communauté ne peut pas vivre en vase clos.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © iStockphoto
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x