L'article

Le prédicateur Lou Engle se défend d'être homophobe

Le prédicateur Lou Engle se défend d'être homophobe
 
21.04.14 - Exclusivité internet La venue en Suisse de Lou Engle a suscité une vive polémique, dans les médias et jusque dans les milieux évangéliques. L'Eglise évangélique d'Oron avait annulé sa venue à Pâques. Pour l'instant, les organisateurs de The Call, à Genève, maintiennent sa venue.
Entretien-vérité exclusive d'un prédicateur qui dérange.
Vous avez déjà visité Genève à plusieurs reprises et vous avez exprimé votre admiration pour ce qui s’est passé ici à l’époque de la Réformation. Quelles sont vos pensées à propos de la Genève actuelle?
C’est une ville d’influence, une ville stratégique. Les villes ont une identité et un potentiel très spécifiques dans l’œuvre et la pensée de Dieu, à l’instar des dons que nous recevons à notre naissance. Celui de Genève est de rassembler les nations et d’en prendre la direction. Elle a été le berceau d’un mouvement spirituel majeur, la Réformation. La Parole de Dieu a été établie solidement à Genève et de là, elle s’est répandue. L’influence chrétienne de Genève s’étend au monde entier.
C’est aussi un centre pour les Nations Unies. Là j’entre sur un terrain polémique… Dans le Psaume 2, il est écrit que «Les rois de la terre se dressent et les princes se liguent ensemble contre le Seigneur et contre son Messie ; ils disent: “Brisons leurs liens et rejetons loin de nous leurs chaînes !”.
» Les élites terrestres se rassemblent pour se débarrasser définitivement de Dieu et faire leurs propres lois et décrets, alors que les lois et les décrets de Dieu sont pourtant un bienfait pour tous. Soit l’on se rassemble autour de Jésus dans la prière et l’unité soit on se ligue contre lui en rébellion. Voilà l’enjeu autour de la ville de Genève.
Et j’insiste bien sur le fait que ce sont les décrets de Dieu qui comptent, la vérité de sa Parole, la Bible, qu’elle soit honorée et qu’elle inspire toute une société… Je ne suis pas en train de dire qu’il faut imiter les chrétiens. Nous sommes loin d’être parfaits…

Justement, il y a une forme de nostalgie dans les églises par rapport à Calvin et cette époque où la Bible déterminait la vie en société. Que peut-on en retirer raisonnablement aujourd’hui?
Ma conviction est la suivante : nous ne rêvons pas d’une théocratie. Simplement, quand des personnes vertueuses et droites sont au pouvoir, tout le pays se porte bien. S’agit-il de s’emparer des structures de pouvoir ? Non ! Mais nous espérons voir la société réformée par un retour collectif à Dieu et par l’émergence de leaders vertueux ; que Dieu suscite des hommes et des femmes qui aiment la droiture, la bonté, la miséricorde ; des chefs de gouvernements qui ont des songes dans lesquels Dieu en personne leur a parlé…
Mais je le redis, je ne suis pas intéressé au césaro-papisme, à la dominion theology. Des mouvements chrétiens ont commis des erreurs et des injustices et cela, au nom du Christ. Zwingli et Calvin ont fait verser le sang. Ce sont des abus de pouvoir. Non, on ne peut pas utiliser le bâton ou l’épée pour faire avancer le Royaume de Dieu.

Depuis les années 2000, des leaders chrétiens africains, surtout ougandais du reste, ont visité notre pays et enseigné la prière. Qu’est-ce que votre initiative, The Call/l’Appel, apporte de plus ?
Rien de plus, sans doute. Peut-être ceci : la notion de rassemblement. The Call est une sainte convocation. Nous nous basons sur les textes du prophète Joël, au chapitre 2 : Dieu a un remède pour le pays, même lorsque tout espoir est perdu. Et tous sont convoqués, même les femmes qui allaitent et les vieillards.
Nous avons lancé The Call en 2000. Quatre cent mille (400'000) personnes se sont réunies pour prier à Washington DC, notre capitale, douze heures durant. C’était surtout un public de jeunes.
Il y a un livre qui a façonné ma vie ces trente dernières années : «Comment façonner l’histoire par la prière et le jeûne», de Derek Prince, un prédicateur britannique. Si vous voulez comprendre Lou Engle, lisez ce livre; tout y est.
Tout est parti d’un songe que j’ai fait: Dieu me confiait la responsabilité de lancer des mouvements de prière pour que l’avortement de masse s’arrête aux États-Unis et que cent mille gays et lesbiennes se tournent vers Dieu et se réorientent vers la vie de famille. Cela fait dix ans. Et en dix ans, je peux vous dire, nous avons vu la mentalité changer pour le bien aux États-Unis!

Parlons précisément de prière. Comment la prière peut-elle changer une société aussi sécularisée que la nôtre ?
Mais l’Europe n’a pas toujours été aussi laïque qu’elle ne l’est aujourd’hui ! Elle a des racines chrétiennes anciennes et profondes. Dans la Bible, Dieu promet qu’il enverra à la Fin l’esprit d’Élie, c’est-à-dire un mouvement de réconciliation entre les pères et leurs descendants. Je conçois ce mouvement aussi comme un retour de l’Europe à ses sources anciennes, à son propre héritage de foi.
Maintenant, la plus grande difficulté pour l’Europe et pour l’Eglise d’Europe me semble être sa difficulté à se positionner résolument dans la vérité.
Si je reprends l’exemple du prophète Elie, il a confronté toute la séduction et la débauche de son temps et une fois qu’il a ramené son peuple au culte du vrai Dieu, il a tourné son regard vers la génération montante. Je m’attends ainsi à ce que des mouvements de jeûne et de prière tels The Call se multiplient de manière à préparer le terrain pour ce qui vient ensuite : qu’après un temps de purification survienne un temps de rafraîchissement, de délivrance, de guérison, une manifestation renouvelée de Jésus lui-même.
Vous m’avez interrogé sur un changement de société, je vous dis qu’on ne peut pas changer la société par la politique. Ce sont les grands courants de pensée qui changent réellement la société, c’est un travail spirituel.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © Alliance Presse
 
En savoir plus

La venue controversée du prédicateur américain

La venue de Lou Engle en Suisse suscite une vive polémique. Sa venue à l’Eglise évangélique d’Oron, à Pâques, avait été annulée suite à un article incendiaire du quotidien Le Matin. Les organisateurs de The Call, jugent que l’impopularité du pasteur américain auprès des lobbies gays ne doit pas influencer l'invitation adressée au Californien. Dans le magazine Vivre, Serge Carrel, porte-parole de la FREE, a signé une lettre ouverte invitant les responsables de The Call a prendre en compte les effets collatéraux pour les évangéliques romands dans leur ensemble d'une telle invitation. De son côté, le Réseau Evangélique, partenaire de la première édition de The Call a renoncé à soutenir l’événement, tout en défendant le droit à The Call d’inviter un orateur de leur choix.
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x