L'édito de la Rédaction

Le joug de l’écologie est-il plus léger?

 
18.11.19 - L'édito de la Rédaction - La vague verte annoncée a bien atteint les rives de la Suisse lors des dernières élections fédérales. En mai déjà, les écologistes avaient créé la surprise en France en se hissant à la troisième place des élections européennes.
Que ce soit dans le débat public ou entre amis, jamais l’environnement, le climat ou la pollution n’ont été autant au cœur des préoccupations.

Paradoxalement, cette prise de conscience survient tandis que nos sociétés semblent de plus en plus vouloir s’affranchir de toutes formes de règles, de carcans et de normes vus comme forcément négatifs. «Ni dieu ni maître…», le fameux slogan a sérieusement du plomb dans l’aile. Au nom de la préservation de notre lieu de vie, la Terre, il faut s’astreindre à des règles, des interdits, des privations et même une batterie de nouvelles taxes. Pour les écologistes et une bonne partie des citoyens, la loi est bonne - dans ces cas-là.

Le parc naturel, symbole par excellence d’un paysage protégé, illustre bien ce paradoxe. C’est un formidable espace de liberté où «le ciel est la limite», où se côtoient faune et flore et randonneurs. Pourtant les règles d’entrée sont très: interdiction de cueillir les fleurs sauvages, de laisser ses déchets, de s’approcher des nichées ou encore de faire du feu. C’est écrit explicitement à l’entrée de chaque espace protégé. Tout le monde ou presque joue le jeu. Pourquoi? Parce qu’on connaît et comprend ces règles, les autorités faisant preuve de pédagogie. On sait qu’elles sont nécessaires à l’équilibre et au bien-être de tous.

Vouloir vivre sa vie sans contrainte est une objection fréquente contre le christianisme. Le rejet de la morale judéo-chrétienne traditionnelle laisse place à de nouvelles normes très exigeantes qui vont du culte du corps et de l’apparence à celui de la réussite sociale en passant par les préoccupations environnementalistes. Dommage, car comme les règles du parc naturel, la «Loi (de Dieu) est bonne» (1 Tim. 1,8). Ce n’est pas un asservissement absurde et inutile, mais un joug facile à porter et une charge légère, promettait Jésus. Reste le défi de l’expliquer autour de soi avec pédagogie et plus encore, de le vivre au quotidien. La période de Noël est une belle occasion pour le faire.

David Métreau, rédacteur en chef

Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x