L'article

Le jeûne, une habitude à redécouvrir

 
20.02.07 - Les chrétiens évangéliques francophones continuent à pratiquer le jeûne biblique, pour des besoins spécifiques et immédiats et malgré un emploi du temps toujours plus chargé. Les Africains, à qui on n’a pas dit que si tu sautes un repas, tu meurs, le pratiquent nettement plus, avec aussi certaines dérives.
«Je sais que cela peut être difficile à croire, à concevoir ou plus encore à accepter, mais je vois Jésus tous les jours»: pour Sunday Adelaja, la raison d’une telle relation est à chercher dans le temps qu’il met à part pour Dieu. En effet, ce pasteur de la plus grande Église d’Europe en Ukraine prend chaque mois une semaine entière pour prier et jeûner dans un isolement complet. Le résultat de cette consécration? «Je suis parfaitement assuré dans ma relation avec le Seigneur. Dieu est mon ami!»
Si Sunday Adelaja est en mesure de se mettre au vert une semaine sur quatre, cela paraît difficilement réalisable pour de nombreux chrétiens exerçant une activité professionnelle ou impliqués différemment dans la vie active (mères de famille, etc.). Et, de fait, si on prend soi-même la peine d’interroger son entourage et ses amis, on constate que les gens qui jeûnent régulièrement font figure d’exception.
Des directions trouvées
Beaucoup plus nombreux, ceux et celles qui déclarent jeûner ou avoir jeûné à l’heure de faire un choix crucial ou face à certaines questions lancinantes. Ainsi, Valérie se souvient avoir pratiqué le jeûne entre quinze et vingt ans: «À l’adolescence, je me suis beaucoup interrogée sur mon avenir professionnel». Mais les réponses qu’a reçu la jeune fille n’ont pas été celles qu’elle attendait.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
En savoir plus

Un jeûne pour faire face à l’adversité

Un jeûne pour faire face à l’adversité «C’est une situation particulière qui m’a fait prendre conscience de la puissance et de l’importance du jeûne», raconte Jean-Claude Lacassin, responsable d’une des deux Églises évangéliques baptistes de Marseille. Il encadrait un camp chrétien pour enfants. «Assez rapidement, nous avons été convaincus que des forces surnaturelles nous tourmentaient, comme si le lieu-même où la colonie s’était installée était hanté». Alors que la situation s’est dégradée, l’idée de jeûner s’est imposée peu à peu à l’équipe de moniteurs. Mais une telle démarche collective et, de surcroît, avec des enfants, n’est pas à prendre à la légère. Les réticences de Jean-Claude cèdent face à l’unanimité de l’équipe et des enfants: ces derniers sont venus d’eux-mêmes proposer que toute la colonie jeûne et consulte la Bible. «Cela s’est imposé à nous. Nous avons jeûné trois jours. Trois jours de préparation, dans le jeûne et la prière pour nous armer dans le combat. J’ai compris que jeûner nous permettait d’avoir de l’autorité face à une opposition surnaturelle et d’expérimenter une communion fraternelle plus forte», raconte Jean-Claude Lacassin. Le fait de serrer la brider à son corps au profit de l’Esprit permet selon lui une relation avec Dieu plus étroite et profonde. «On apprend ainsi que tout ce qui suivra ne se fera pas par nos propres forces mais par la volonté et la puissance de Dieu», explique-t-il; comme lors de cette colonie de vacances où la paix est finalement revenue. «Ne pas manger n’est qu’une partie?: sans prière, méditation et confession de ses péchés, cela ne sert à rien», conclut-il. (XT) Le jeûne communautaire régulier d’une Église Une Église pentecôtiste genevoise a instauré deux semaines de jeûne communautaire chaque année, une au printemps et l’autre en automne.
(...)
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x