L'article

Le financement de l’avortement en débat

 
16.02.10 - Une initiative s’attaque à son financement par l’assurance de base
Comment responsabiliser les femmes qui veulent interrompre leur grossesse? En les faisant passer à la caisse. Après les deux défaites de 2002, le mouvement provie a lancé le 26 janvier une initiative populaire. Objectif: supprimer le financement des IVG de l’assurance-maladie de base.

Si l’initiative venait à être acceptée, les coûts d’une IVG devraient être assumés par les femmes qui veulent avorter. Principal argument des initiants, un avortement n’est pas une maladie. Le projet de loi prévoit des exceptions, notamment pour les cas de viols et de femmes mises en danger dans leur santé physique. Les coûts des IVG en Suisse sont estimés de 15 à 20 millions de francs par an. Une IVG coûte entre CHF 600.- et 3500.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
En savoir plus

Le signal clair de 2002

En juin 2002, le peuple a voté deux fois sur l’avortement: la première votation décriminalisant l’IVG durant les douze premières semaines de grossesse, a été acceptée à 72,2%. La deuxième portait sur l’initiative populaire «Pour la Mère et l’Enfant». Celle-ci a été rejetée à 81,8%. Ces deux votations semblaient avoir définitivement clos le dossier des avortements en Suisse. Josué Hauser
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x