L'article

La Suisse reconnaît l'apport des ONG chrétiennes

La Suisse reconnaît l'apport des ONG chrétiennes
 
22.08.11 - En Suisse, la DDC fête 50 ans de coordination de l’aide au développement. Retour sur le rôle des ONG chrétiennes et sur leur rapport avec les ONG laïques. Cet article fait partie de notre Gros Plan «Mission et développement», dont les autres textes sont à consulter sur notre site.
Un milliard de francs: c’est à peu près ce que la DDC apporte chaque année comme aide aux pays les plus défavorisés. Abréviation de Direction du développement et de la coopération, ce bras humanitaire de la Confédération helvétique fête cette année ses cinquante ans. Mais outre ces considérations chiffrées et la célébration de cet anniversaire, l’intérêt de la DDC réside aussi dans son rapport au religieux.

L’expérience des missions chrétiennes a été utile à la DDC
Parmi ses ONG partenaires, la DDC travaille en effet depuis ses débuts avec des ONG confessionnelles ou d’inspiration chrétienne. C’est que, au milieu du siècle passé, en pleine période de décolonisation, les organisations missionnaires étaient bien placées pour apporter des aides au développement. «Leur expérience dans la construction d’écoles et d’hôpitaux était un atout formidable», rappelle Anne-Marie Holenstein, consultante en développement pour la DDC. Leur stabilité dans le temps et leur bonne intégration sur le terrain faisaient d’elles des partenaires de choix.

De plus, les missions ou Eglises ont permis de bien comprendre le contexte culturel, rapporte Luc Bigler, un ancien expatrié de la DDC au Népal: «Ce sont les jésuites, présents dans le pays depuis longtemps, qui m’ont permis de décrypter les codes culturels népalais, un apport essentiel pour une aide au développement efficace.»

Petit à petit, les missions ont créé des organisations distinctes ou se sont restructurées en ONG. Elles existent encore aujourd’hui, et des ONG confessionnelles comme Pain pour le Prochain, Action de Carême ou L’Entraide Protestante restent des partenaires de poids pour la DDC.


Laïcisation de l’aide et interdiction de prosélytisme
Ces organisations ont pourtant passé par une forte laïcisation. Car très rapidement, «la coopération pour le développement a évolué sur une base séculière», avance Anne-Marie Holenstein. Entre autres conditions pour financer des projets, la DDC exigeait une absence de prosélytisme en rapport avec l’aide au développement.
Celles que l’on appelle aujourd’hui les Faith Based Organizations (FBO) ont été déclarées compatibles avec un financement public à condition qu’elles séparent les activités cultuelles des activités d’aide au développement. Cette séparation entre l’aide humanitaire et la dimension spirituelle a suscité, à de nombreuses reprises, tensions et incompréhensions.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © Alliance Presse
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x