L'article

La pilule a des effets secondaires sur l'homme

La pilule a des effets secondaires sur l'homme
 
18.02.13 - La généralisation de la pilule contraceptive a révolutionné le rôle de la femme, ainsi que sa manière de concevoir la sexualité et ses rapports avec les hommes, estiment une psychologue et une sociologue. Analyse.
En janvier, une centaine de plaintes de jeunes femmes victimes d’embolies pulmonaires, d’accidents vasculaires ou de thromboses ont été déposées en France. En cause, les pilules contraceptives de troisième et de quatrième génération. Si ces révélations sanitaires ont rendu le public conscient des effets secondaires du «médicament pilule», cela fait déjà des années que des femmes commencent à se tourner vers d’autres méthodes contraceptives. Parce qu’elles ne la supportent plus, souhaitent une méthode moins contraignante ou parce que la vague bio remet en question les hormones chimiques. Mais derrière l’aspect médical, un autre enjeu se profile: celui du rapport homme-femme.

Trop de responsabilités sur les épaules des femmes?
Car la pilule, en permettant à la femme de maîtriser sa fécondité, lui a conféré une responsabilité qu’elle n’était pas censée porter seule. Psychologue et initiatrice de l’association S2v, qui apporte une aide confidentielle aux femmes en situation de grossesse non désirée, Sandra Dubi explique: «Lorsque la pilule est arrivée sur le marché, elle a été considérée comme une solution de facilité». En effet, sauf incident de parcours, elle a éliminé le risque de grossesse non désirée.

Avec la pilule, un verrou a sauté
Co-fondatrice en 1956 de la «Maternité heureuse», qui deviendra le «Mouvement français pour le planning familial», Evelyne Sullerot estime elle aussi que la légalisation de la pilule a fait sauter un verrou énorme: «Pendant des millénaires, la femme n’avait pas la maîtrise de son corps et était soumise aux aléas de la vie, à quelque chose qui appartenait au domaine du destin.
Elle était considérée comme inférieure, car elle ne pouvait pas contrôler sa vie. La pilule et les autres contraceptifs lui ont permis de pouvoir la planifier comme les hommes»
, analyse cette sociologue, par ailleurs auteur de Pilule, Sexe, ADN, trois révolutions qui ont bouleversé la famille (éd. Fayard).

«Nous n’imaginions pas donner à la femme une liberté sexuelle déchaînée»
Issue d’une famille protestante, Evelyne Sullerot a un souvenir bien précis des difficultés que rencontraient les couples à vivre une sexualité épanouie alors que la possibilité d’avoir un enfant supplémentaire planait. Elle évoque sa propre situation: «A 25 ans, j’avais trois enfants. Pour des raisons médicales, le médecin m’a déconseillé d’en avoir un autre, mais il ne m’a donné aucun moyen. Une loi datant de 1920 interdisait la contraception».
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © Alliance Presse
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x