L'article

«La persécution est réelle en Turquie»

«La persécution est  réelle en Turquie»
 
19.10.15 - Hürrem Carolyn Çevik est l’une des rares avocates évangéliques en Turquie. Fille d’un pasteur baptiste, elle a vécu toute sa vie à l’ombre du minaret et souhaite défendre les droits des chrétiens. Entretien, en marge du dimanche de l’Eglise persécutée.
Vous avez grandi dans un pays à majorité musulmane, mais vous avez décidé d’être chrétienne. Pouvez-vous nous dire pourquoi?
J’ai lu la Bible et le Coran. J’ai compris que Jésus est la seule vérité, et le seul chemin d’accès vers Dieu et la vie éternelle.
A l’entrée de l’église baptiste d’Izmir, qui s’appelait historiquement Smyrne, est affiché ce verset du livre de l’Apocalypse: «Sois fidèle jusqu’à la mort, et je te donnerai la couronne de vie». Je suis d’Izmir. Ces paroles me semblent directement adressées à moi, à nous. La situation de persécution est la même aujourd’hui. Les gens quittent souvent l’Eglise sous la pression et ne restent pas fidèles. Or ce verset nous montre clairement que pour recevoir «la couronne de vie», il faut être fidèle à Jésus.


Vous parlez de persécution. Ainsi, selon vous, les chrétiens sont persécutés en Turquie. Quelle forme cette persécution prend-elle?
Oui, la persécution est réelle. Bien que la Turquie soit un Etat laïque, elle prend surtout la forme d’une pression sociale et émotionnelle.
Dans l’Eglise que je fréquente, à Izmir, une jeune fille assiste aux cultes depuis un an, mais elle ne peut pas en parler avec sa famille. Si son père savait qu’elle vient à l’Eglise, il mettrait tout en œuvre pour l’en empêcher. Elle m’a dit que pour lui, ce serait honteux et inacceptable que sa fille aille chez les chrétiens. Elle doit vivre sa foi en secret.
Tout récemment, un jeune homme est venu tambouriner sur la porte de l’église pendant le culte, hurlant que nous sommes des traîtres et que nous divisons le pays. Il donnait des coups de pied dans la porte et criait des insultes et des grossièretés contre les chrétiens.
Lorsque des jeunes viennent à la foi chrétienne, leur famille veut souvent arranger un mariage avec un non-chrétien. Comme les chrétiens sont peu nombreux dans le pays, le nombre des conjoints possibles est très limité au sein des Eglises. Alors beaucoup de jeunes acceptent l’arrangement familial, épousent la personne choisie par leurs parents et quittent la foi chrétienne.

Vous êtes avocate. Votre parcours professionnel a-t-il été plus difficile en raison de votre foi chrétienne?
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © Alliance Presse
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x