L'article

La France à l'heure du choix

La France à l'heure du choix
 
22.03.07 - Dans quelques jours, la France élira son futur président. Le Christianisme Aujourd'hui a publié plusieurs articles pour se préparer à ses élections. Morceaux choisis pour les électeurs qui n'ont pas encore fait leur choix ou qui souhaitent éprouver leur choix: le poids du vote confessionnel, le profil des trois principaux candidats, confession de foi des candidats, les intentions de vote de quelques leaders évangéliques, le vote évangélique trop moral?, les protestants s'apprêtent à voter plus à droite.
L’heure du choix approche pour la France. La présidentielle se jouera autour de trois prétendants majeurs.
Jamais les évangéliques ne se sont pareillement intéressés à une élection présidentielle ou, du moins, de façon aussi visible. Votre mensuel vous propose une information sur les convictions et les positions adoptées par les principaux candidats. Ces repères ne sont pas des consignes de vote mais un outil d’information.

Les cathos sondés
Les catholiques ont, semble-t-il, déjà fait leur choix. Si l’issue du scrutin ne dépendait que d’eux, c’est Nicolas Sarkozy qui l’emporterait au second tour, avec 60% des voix (et même 72% des voix des catholiques pratiquants!). Autre enseignement du sondage Ifop-La Croix de début mars, un soutien plus massif à Jean-Marie Le Pen et à Philippe de Villier que la moyenne nationale (20% contre 17%).

Le vote évangélique
Les évangéliques voteront-ils eux aussi plus à droite que la moyenne des Français? Dans l’ouvrage Christianisme et Politique, une réflexion collective sur la relation du chrétien et des Églises avec la politique, le sociologue Sébastien Fath explique que les évangéliques ont basculé dans le camp des conservateurs dès le milieu du XXe siècle, après des décennies d’un christianisme très social.
Pour faire barrage au développement du communisme athée dans un premier temps et surtout en réaction à l’esprit libertaire post-68, toujours selon le sociologue.

Premier tour déterminant
À l’instar du CPDH, différentes organisations protestantes ont elles aussi envoyé leur questionnaire aux candidats et promettent de publier les éventuelles réponses (à suivre sur le site www.christianismeaujourdhui.info jusqu’au 22 avril).
Il est évident que toute la population élira le ou la futur président(e) et que le seul vote des protestants et, à plus forte raison des évangéliques, ne sera pas déterminant. Quoique pour Éric Célérier, initiateur du TopChrétien, un vote compact des évangéliques pourrait déterminer les candidats présents au second tour: en 2002, 190000 voix d’avance sur Lionel Jospin avaient permis au candidat du Front National d’accéder au second tour. La diversité évangélique ne préfigure néanmoins pas un vote groupé à l’américaine.

Christian Willi

Découvrez le profil des trois principaux candidats: leurs valeurs, leurs convictions et quelques choix politiques

François Bayrou

Les valeurs
Le candidat UDF s’est illustré par son parler-vrai. Il s’est engagé à ne pas faire de promesses qu’il ne tiendrait pas. Le bon sens terrien semble être le principal moteur de ce fils d’agriculteur, enseignant de profession.
Le candidat centriste est marié et père de six enfants.

Les convictions
Catholique pratiquant, il donne un aperçu de sa foi sur son site. Sa femme a fréquenté le renouveau charismatique.
Il se définit à la fois comme un chrétien qui croit et prie et comme un défenseur de la laïcité.

Quelques choix politiques
- pour le désendettement de l’État et un budget??équilibré
- pour une Constitution européenne laïque, sans référence à l’héritage judéo-chrétien
- contre l’homoparentalité, mais favorable à l’adoption simple par les gays
- contre l’adhésion de la Turquie à l’Europe
- contre une révision de la loi 1905 sur le rapport des Églises avec l’État
- ouvert à un débat sur l’euthanasie.
- contre une immigrations choisie, en faveur d'une politique à l'échelle européenne

Ségolène Royal

Les valeurs
Sa sensibilité humaine et un discours tourné vers les défavorisés caractérisent l’engagement politique de la candidate du PS.
Les valeurs éthiques qu’elle affiche diffèrent en général d’une majorité des évangéliques. Exception, sa lutte contre la pornographie.
Pacsée depuis 2001 à François Hollande, elle a eu quatre enfants avec lui.

Les convictions
Ségolène Royal a suivi une éducation catholique stricte aussi bien familiale que scolaire. Ses choix existentiels visaient tous à mettre de la distance avec l’autoritarisme de son père. Elle se dit croyante.

Quelques choix politiques
- après s’être opposée au mariage homosexuel, elle a changé de position. Elle soutient également l’adoption par des couples homos
- contre l’exclusion de la Turquie de l’UE
- contrairement à son parti, elle s’était prononcée en faveur du port du voile
- favorable à l’euthanasie pour apaiser les souffrances intolérables.
- contre une immigrations choisie, pour une approche humaine

Nicolas Sarkozy

Les valeurs
Le travail est une valeur essentielle du candidat UMP. Son action et son programme politique transpirent l’accent mis sur la récompense de l’effort. L’ordre, l’encouragement à l’initiative individuelle sont d’autres valeurs à relever chez lui.
De père hongrois et de mère grecque, il est divorcé et remarié et père de trois enfants.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © Alliance Presse
 
En savoir plus

Je crois, je crois pas...

Au moment de glisser votre bulletin dans l'urne, si vous avez encore quelques doutes concernant les candidats aux présidentielles françaises, peut-être que le dossier «Dieu et moi» publié début avril dans La Vie pourra vous aider à faire votre choix?

Croyants déclarés
Des candidats tels que François Bayrou, Philippe de Villiers, et Jean-Marie Le Pen s'expriment ouvertement sur leur foi personnelle. Cependant, François Bayrou déclare ne pas laisser ses convictions religieuses dicter ses décisions politiques: «Il ne faut pas tout confondre. Tout le monde sait que je suis chrétien et pratiquant. En même temps, je n'obéis pas à l'Eglise lorsque je vote une loi. J'obéis à ma conscience de citoyen». Jean-Marie Le Pen précise quant à lui que: «La religion réunissant plusieurs personnes dans la même foi est par définition une affaire publique». Néanmoins, il remarque: «l'équilibre réside dans une saine laïcité qui ne sépare ni ne confond les pouvoirs spirituels et temporels, mais établit entre eux une distinction».
(...)
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x