L'article

La FEF élargit sa tente et raffermit ses pieux

La FEF élargit sa tente et raffermit ses pieux
 
16.02.10 - Les 5 et 6 février, la Fédération Evangélique de France avait rendez-vous avec son histoire. Les Assises de son 40e anniversaire n’ont pas seulement confirmé les options prises par son Conseil national. Ces deux journées ont servi de véritable examen de l’identité évangélique (FEF) dans un monde très différent de celui de la fin des années 60.
Changements paisibles
De façon apaisée et plutôt tranquille, les changements de nom et de vocation, de confession de foi, d’identité et de règlement intérieur ont été acceptés à une majorité de 90% des voix.

Même pour les plus réticents à l’idée du CNEF, la chose était courue d’avance, comme le confiait d’emblée Patrice Kaulanjan, président des AEEI. Il faut dire que les responsables du Conseil national de la FEF n’avaient pas ménagé leurs efforts pour informer et convaincre leurs ouailles, composante la plus conservatrice des trois forces motrices du CNEF en devenir. Dès le début des Assises, Dany Hameau, président de la FEF, a indiqué que l’heure n’était plus aux grands débats: «Le temps est venu d’avaliser les décisions», a-t-il lancé avec conviction.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © Alliance Presse
 
En savoir plus

Une pause festive

Les 40 ans de la FEF ont été marqués par un petit apéritif et un moment commémoratif. Un hommage a été rendu aux ouvriers de la première heure et à ceux qui ont œuvré pour que le courant évangélique non-charismatique français dispose de cette fédération. Daniel Bordreuil et Jack Mouyon représentaient la première génération de la FEF. Dans une courte allocution, Daniel Bourdreuil a salué l’ouverture tout en affirmant avec conviction la nécessité de «raffermir les pieux de l’édifice». Christian Willi
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x