L'article

La dernière année du Tsar

 
21.05.07 - D’une politesse glacée et d’une détermination farouche, le président Vladimir Poutine poursuit le rêve d’un pays fort et respecté. Parcours
En 1997, la valse des premiers ministres bat son plein autour d’un Boris Eltsine, premier président de la Russie post-soviétique, de plus en plus contesté. Le cinquième en dix-sept mois est presqu’un inconnu au bataillon et il s’appelle Vladimir Poutine. Il n’est pas un politicien et la classe dirigeante ne donne pas cher de son succès, d’autant qu’il se retrouve seul aux commandes de la Russie peu après. Le pays baigne dans le marasme après son passage sauvage à l’économie de marché, consécutif à l’effondrement du système communiste.

L’agent secret
Vladimir Poutine est né dans une famille paysanne de St Pétersbourg, en 1952. Deux frères plus âgés sont morts lors du siège de la ville par les nazis. Petit gamin bagarreur, il deviendra ceinture noire de judo. C’est à l’adolescence que naît son rêve: entrer dans les services secrets. Après avoir terminé ses études de droit, il entre au renseignement à l’âge de 23 ans, «comme on entre en religion», commente Radio Canada. Il y sera un tâcheron parmi d’autres, servant notamment en ex-Allemagne de l’Est dès 1985.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
En savoir plus

L’axe Moscou – Damas

La critique occidentale s’inquiète aussi de la politique extérieure de la Russie qui penche vers le Moyen-Orient arabe, malgré la guerre en Afghanistan et récemment dans le Caucase où ils étaient opposés: «complaisances» envers la Syrie et l’Iran qu’elle arme (notamment du nucléaire pour le second), «fricotage» avec le Hamas, etc. Lors de sa visite de février 2007 au Qatar et en Arabie Séoudite, Vladimir Poutine s’est comporté en homme d’affaires et il a signé de gros contrats financiers (rail, armement, technologie satellite, établissement d’un cartel gaso-pétrolier, etc.). Certains chrétiens férus de prophétie biblique n’ont pas manqué d’y voir le «Roi du Nord» du livre biblique de Daniel à l’œuvre.
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x