La chronique d'Hugues Not

La Catalogne et les autres

 
23.10.17 - La chronique d'Hugues Not - La chronique mensuelle d'Hugues Not, qui jette un regard doux-amer sur le protestantisme et la société.

Un Hugues Not peut en cacher un autre
Bienvenue à Monsieur Hugues Not Junior. Cela pourrait passer inaperçu, mais l’auteur mystérieux de notre célèbre chronique passe le relais. Il n’avait pas prémédité de tirer sa révérence à l’occasion des 500 ans de la Réforme, mais le symbole est fort.
Un grand merci à Hugues Not Senior pour ses interpellations vigoureuses et pertinentes. Bienvenue à son sucesseur, à qui nous souhaitons de belles inspirations... pour les 500 prochaines années!
Les heurts qui ont émaillé le vote indépendantiste en Catalogne méritent d’être regardés à l’aune de l’histoire de notre continent, avant Facebook et Woodstock. Pas facile, quand on a été abreuvé des images de manifestants brutalisés, images qui «font» tellement dictatures d’Orient et d’Asie ou, en Europe, tellement 19e siècle! Se rappelle-t-on, justement, que nos Etats-Nations européens n’ont souvent que deux cents ans d’âge? Avant, c’était l’Europe des régions et beaucoup de guerres entre elles. L’Alliance évangélique espagnole a dit sa douleur, son refus de formuler des solutions possibles. L’organisation faîtière cite aussi plusieurs passages bibliques qui se réfèrent aux «nations». S’agit-il d’un peuple, d’un Etat-nation moderne regroupant quantité de nations? Une province d’un Empire européen peut-il être qualifié de «nation» au sens biblique? En attendant des éclaircissements, l’Alliance évangélique appelle tous à prier. Tout cela se déroule au-delà des Pyrénées. Et pourtant: les théories et autres velléités séparatistes existent aussi en Hexagone, en Corse ou en Bretagne, même si elles n’atteignent pas le niveau de radicalité de nos voisins. Et que dire des Flamands? Des Italiens du Nord? Le slogan indépendantiste est: une ethnie=une nation.

La motivation est aussi économique: ceux qui ont une économie florissante en ont marre de payer pour les autres. Et tant pis pour le vivre-ensemble au sein de nos espaces nationaux. L’engrenage est pervers: davantage de rébellion sociale produira immanquablement davantage d’autoritarisme.

On peut demander à qui profite le crime, autrement dit, qui sort renforcé des progrès séparatistes des régions et de l’affaiblissement comparatif des présidences dans l’Union? Pas compliqué: c’est le pouvoir supranational de Bruxelles! Il a été dit que l’Europe des régions a besoin, pour renaître, d’Etats fédéraux en miettes. Cette concentration des pouvoirs vers le haut participe en tout cas d’un mouvement de fond, sinon d’un jeu apocalyptique.

Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 

x