L'article

L’infiniment petit, zone interdite?

L’infiniment petit, zone interdite?
 
17.08.10 - Les nano-technologies sont un domaine stratégique de la recherche. Mais ce secteur prometteur et encore largement méconnu suscite des craintes, en matière médicale, sanitaire et éthique. Des débats ce printemps ont même été émaillés d’incidents
Les nanotechnologies sont porteuses d’espoir face à des problématiques de santé et de développement. Repoussant toujours plus loin les barrières de l’intervention humaine, elles créent des particules dix mille fois plus petites que l’épaisseur d’un cheveu. Pour l’industrie, c’est un champ prometteur; l’évaluation d’un groupe d’experts nordiques chiffrait le potentiel économique à 2,6 milliards de dollars en 2015.

Mais les nanotechnologies font débat. Au printemps dernier, le débat national français sur le sujet a tourné court. Certaines conférences ont dû être annulées dans plusieurs villes: les opposants, des altermondialistes radicaux, craignent qu’un réel contrôle de la population soit mis en place.

Est-ce un problème philosophique?
Le milieu chrétien, pour sa part, pourrait avancer une autre objection: ce domaine dépasse-t-il les compétences humaines, en un mot l’infiniment petit est-il un domaine réservé au Créateur? N’a-t-on pas franchi une nouvelle ligne rouge, comme on l’a fait par le passé dans les domaines du clonage, de la reproduction assistée ou même des interruptions de grossesse?

Un sondage de 2008 montre qu’une majorité d’Américains trouvent les nanotechnologies moralement inacceptables.
D’après Dietram Scheufele, le professeur qui a mené cette étude, cité par le site Euractiv.com, «les personnes ayant de fortes convictions religieuses considèrent les chercheurs comme des démiurges lorsqu’ils créent de nouveaux matériaux ou moyens visant à améliorer les qualités humaines par les nanotechnologies, les biotechniques ou encore les cellules souches.»

Pierre Puget, croyant et chercheur au Commissariat à l’Energie Atomique dans le domaine de la nanobiologie et croyant, n’est pas de cet avis: «Je ne vois pas de raison à mettre une limite à la recherche sur l’infiniment petit. Pour moi, la limite est plutôt de ne pas empiéter sur le domaine du vivant, de ne pas vouloir créer de nouvelles espèces. Mais pour toute découverte scientifique, il y a une éthique à mettre en place. C’est de la responsabilité de chaque chercheur. En tant que chrétien, je me la mets à moi-même.»

Des médicaments «intelligents»
Comparativement aux particules de taille normale, les nanoparticules ont beaucoup plus d’atomes à leur surface, ce qui démultiplie leur capacité de contact avec l’environnement. Leur densité est aussi beaucoup plus importante. En réorganisant les atomes, la technique actuelle peut alors créer des nanomatériaux plus souples, plus solides et plus performants que les matériaux apparentés.

C’est dans les domaines de la médecine et de la biologie que les nanotechnologies semblent les plus prometteuses.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © Alliance Presse
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x