L'article

L’affaire Lambert révèle les limites humaines

L’affaire Lambert révèle les limites humaines
 
24.06.19 - Après un énième rebondissement en mai, le cas de Vincent Lambert, en état végétatif depuis 2008, pose des questions de fond.
L’affaire Vincent Lambert a alimenté bien des débats. Mais alors qu’en France des milliers d’autres patients sont dans ce même état pauci-relationnel, pourquoi est-il si difficile de trancher dans le cas de cet infirmier de quarante-trois ans? Puisque personne n’est en mesure de savoir ce qu’il ressent, la sagesse ne pousserait-elle pas à appliquer le fameux principe de précaution? Choisir pour lui, n’est-ce pas franchir les limites de notre humanité?

«Si la décision est difficile, c’est que d’une part on ne peut demander son avis à Vincent Lambert, qui bien que dépendant, n’est pas en fin de vie: il est autonome du point de vue respiratoire», analyse Luc Olekhnovitch. «Et que d’autre part, il y a un conflit familial alors que dans la plupart des cas similaires, familles et médecins arrivent à un consensus», poursuit le président de la commission d’éthique protestante évangélique.
Pour Frank Meyer, président du CPDH, c’est une grave erreur d’utiliser la situation de Vincent Lambert comme prétexte pour débattre des questions de fin de vie, puisqu’il ne l’est pas: «Ce que révèle “l’affaire Lambert”, c’est le regard sociétal sur le handicap, les ingérences médiatico-politiques et les tensions intrafamiliales. Sinon comment comprendre que Vincent Lambert n’ait pas déjà été transféré dans un service médicalisé qui s’est proposé de l’accueillir? Il est l’otage inconscient d’une société qui se déchire.»

L’effet d’un changement de loi
Avocate de formation et directrice d’un établissement prenant en charge des enfants handicapés mentaux, Nathalie Gounel estime qu’il n’y a pas lieu de trancher: apporter une assistance médicale à une personne dépendante pour son hydratation et sa nutrition relève d’un minimum vital: «La femme de Vincent Lambert, au lieu de demander le divorce pour rupture de la vie commune, demande l’arrêt de son hydratation et alimentation et donc sa mort.» Cette demande n’aurait pas été recevable avant la loi Clayes-Leonetti de 2016, relève Nathalie Gounel, «car notre société est fondée sur le principe d’assistance aux plus faibles». Or depuis cette loi, l’assistance à l’hydratation et à l’alimentation est assimilée à un traitement médical. «Au nom de la lutte contre l’acharnement thérapeutique, elle permet de débrancher la machine», déplore la directrice.

Acharnement ou assistance?
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © iStockphoto
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x