L'article

«Kiss the Devil», Eagles of Death Metal

«Kiss the Devil», Eagles of Death Metal
 
24.10.16 - Chaque mois, Jonathan Hanley revient sur un des hits qui ont marqué l'histoire de la musique
Cette chanson est entrée dans l’histoire lors de l’attaque terroriste du Bataclan. Le groupe californien Eagles of Death Metal venait d’entamer ce morceau quand les trois tireurs ont commencé le massacre. Certains commentateurs ont suggéré que ce n’était pas une coïncidence. Qu’en penser?


Tout d’abord, la musique du groupe n’a rien à voir avec le «death metal». Leur rock est parodique et plutôt festif. Champions de l’humour au second degré, quand ils jouaient Kiss the Devil, ils le faisaient par goût de la provocation. Jesse Hughes, le chanteur, se vante de son abus d’alcool et de drogues, et s’amuse à évoquer ses prouesses sexuelles, mais affirme lire la Bible et croire que Jésus observe tout ce qu’il fait. Selon Wikipédia, il est «un militant chrétien ordonné pasteur et adepte du créationnisme». Sans surprise, sa dénomination, la United Life Church, est plutôt floue sur le plan doctrinal.

Kiss the Devil impressionne par sa pauvreté poétique. Il y est question d’embrasser le diable et de «chanter sa chanson». Le chanteur parle-t-il en son nom propre? Au nom des banquiers véreux? Des trafiquants d’armes? Des pédophiles? Peut-être ne le sait-il pas lui-même... En tous les cas, toute personne convaincue de la réalité du diable dans ce monde est interloquée par ce qui semble être une louange à Satan. Insinuer que la tragédie serait une punition divine à cause de cette chanson est toutefois une position incohérente. Lorsque les disciples de Jésus l’ont interrogé sur un tel lien de cause à effet dans l’affaire d’un autre massacre «ethno-idéologique» (Luc 13, 1-3), il a explicitement nié que l’événement était une punition divine directe. De plus, il est incohérent d’affirmer que Dieu a puni les fans dans la salle, alors que ceux qui chantaient la chanson ont échappé au massacre. Et quid des personnes abattues dans les cafés le même soir? Et pourquoi Dieu interviendrait-il dans ce cas, mais s’abstiendrait lorsque des industriels occidentaux pillent les ressources africaines ou lorsque les soldats de Daesh violent des adolescentes yézidies?

La chanson, tout comme la vie de Jesse Hughes ou les attentats eux-mêmes, est une démonstration que notre monde est spirituellement malade. En tant que chrétiens, nous sommes appelés à aimer et témoigner «en attendant que se réalise notre espérance: la révélation de la gloire de Jésus-Christ» (Tit. 2, 13). Jusqu’à quand, Seigneur?

Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © DR
 
En savoir plus

«Kiss the Devil», les paroles en français

Kiss the Devil Artiste : Eagles of Death Metal Qui aimera le diable?
Qui chantera sa chanson?
Qui aimera le diable et sa chanson?
J'aimerai le diable!
Je chanterai sa chanson!
J'aimerai le diable et sa chanson!
Qui aimera le diable?
Qui lui roulera une pelle ? Qui roulera une pelle au diable ? J'aimerai le diable et sa chanson.
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x