L'article

«Jérusalem appartient à Israël»

«Jérusalem appartient à Israël»
 
19.11.12 - Jacques Gauthier, avocat spécialisé en droit international public et en droit humanitaire, a écrit une thèse de 1200 pages sur le statut légal de Jérusalem. Sa conclusion: cette ville appartient de droit aux Juifs
Qu’est-ce qui vous a amené à vous intéresser au statut légal de Jérusalem?
J’ai toujours eu l’intention de contribuer à la paix mondiale. Or la question de Jérusalem est l’une des affaires les plus délicates au monde. Mes recherches ont duré plus de vingt ans. Mes directeurs de thèse ne s’intéressaient pas à mon avis mais voulaient un travail scientifique. Le résultat, c’est un document qui touche tous les aspects juridiques de la question. On ne peut pas s’attaquer à cette question sans aussi aborder l’histoire, les dimensions religieuses ou encore l’archéologie.

A vos yeux, Jérusalem appartient au Peuple juif. Comment êtes-vous parvenu à cette conclusion?
Quand on est juriste, on veut être à la source des droits internationaux.
Mais j’ai vite pris conscience de la multitude de conclusions contradictoires. J’ai commencé en étudiant le thèse de Theodore Herzl, publiée en 1896. Le sionisme politique est né au congrès de Bâle, avec pour la première fois la demande d’un Etat juif en Palestine comme solution aux problèmes d’oppression des Juifs depuis des siècles.
Il faut attendre 1920 pour que l’on ait une décision juridique digne de ce nom. Car la Déclaration Balfour de 1917, à l’instar de la promesse faite aux Arabes en 1915, n’a pas de valeur juridique: certes, les Anglais reconnaissent alors aux Juifs le droit de demander un Etat, mais ce territoire appartient aux Turcs, pas à eux.

Vous parlez de 1920 comme d’une étape essentielle. Que s’est-il alors passé?
1920, c’est la Conférence de San Remo: les cinq puissances victorieuses principales de la Première Guerre mondiale acceptent alors les demandes des Arabes et des Juifs. Ces demandes avaient été formulées en 1919, lors de la Conférence de Paris. Les Juifs avaient imploré la reconnaissance de leurs droits historiques et la possession de ce qu’ils avaient auparavant: les territoires à l’ouest, mais aussi une partie à l’est du Jourdain. Les Arabes, eux, avaient réclamé un Etat indépendant dans une très grande partie des territoires turcs.
Suite à San Remo, donc, trois traités sont préparés. Ils seront adoptés par le Conseil de sécurité de la Société des nations. Ces traités attribuent, sous mandat, la Palestine aux Juifs et l’Irak ainsi que la Syrie-Liban aux Arabes. L’article 2 du mandat sur la Palestine parle uniquement du foyer national juif. Aux peuples qui habitent ce territoire, on garantit des droits civils et religieux mais pas des droits politiques.

En quoi les documents de San Remo sont-ils si déterminants?
A cette occasion, des droits ont été donnés aux Juifs et aux Arabes.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © Alliance Presse
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x