L'article

Je suis insatisfait mais je me soigne

 
14.09.10 - Dans son dernier ouvrage, le pasteur français Philippe Ribe s’interroge sur les causes de l’insatisfaction chez les chrétiens. Il encourage à redécouvrir l’émerveillement face à la grandeur de Dieu et à louvoyer avec l’insatisfaction pour progresser
Peut-on être chrétien et insatisfait? La question peut surprendre. Censé «posséder tout en Christ» et avoir reçu de lui «la vie en abondance», pour reprendre des expressions des apôtres Paul et Jean, le croyant ne peut être que satisfait! Mais à y regarder de plus près, l’insatisfaction est le lot de chacun: on voudrait être plus grand ou plus intelligent, avoir de meilleures relations avec les autres ou avec Dieu, un métier plus passionnant, un ministère plus fructueux. Quelles sont les causes, mais aussi les remèdes à l’insatisfaction?

Rien de plus humain
Philosophe chrétien aujourd’hui disparu, Francis Schaeffer s’est penché sur la question de l’insatisfaction humaine. Pour lui, elle est le résultat du rejet, par les hommes, de la présence de Dieu: «Qu’est-ce qui caractérise notre époque? Le sentiment que nous habitons un univers impersonnel; l’homme moderne n’admet pas l’existence d’un Etre personnel dans l’univers. Il n’existe de ce fait personne pour aimer l’être humain, ni pour le consoler. Il a beau chercher désespérément du réconfort dans les relations horizontales et limitées de la vie, il n’est pas satisfait.»

Auteur de Chrétien…et satisfait? (Ne plus vivre à rebrousse-grâce, Ed. Farel), le pasteur Philippe Ribe défend le même point de vue. Après la Chute, la place centrale occupée par Dieu est restée vacante et la conscience de ce vide est devenue source d’insatisfaction. N’étant plus comblé, le cœur humain a porté ses désirs vers ce qui lui était hors d’atteinte, sans pour autant retrouver la satisfaction: «Pour la petite minorité qui peut s’offrir immédiatement et sans effort tout ce qu’elle désire, le constat est dur. Elle découvre rapidement l’incapacité de ces choses à satisfaire la vie, à la remplir, à lui donner un sens». Toutefois, cette insatisfaction inhérente peut pousser l’être humain à rechercher Dieu. L’historien James Burns relève qu’un profond sentiment d’insatisfaction a précédé tous les réveils religieux. Par ailleurs, l’insatisfaction est source de progrès et d’évolution positive. «Si les humains n’avaient pas été insatisfaits d’aller chercher l’eau à la rivière, ils n’auraient jamais eu l’eau courante. Etre insatisfait est un des moteurs du changement et de la créativité», analyse Fanny, une chrétienne dans la vingtaine.

Clé pratique: Accepter l’insatisfaction qui caractérise la condition humaine et l’appréhender comme un moteur de changement ou d’action.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x