L'article

«J’ai vu Jésus pleurer sur mon état»

«J’ai vu Jésus pleurer sur mon état»
 
24.04.17 - En 2015, Thomas a vécu ce qu’il appelle une «renaissance». Le départ de sa femme a été un déclic pour ce délinquant néo-nazi au casier judiciaire chargé. Il s’en est suivi un examen de conscience et une profonde repentance.
«Si j’ai été changé par Dieu, il peut changer n’importe qui!» affirme Thomas. Il y a deux ans et demi, ce Suisse trentenaire fréquentait encore le milieu néo-nazi. En octobre 2014, sa femme et mère de ses deux enfants le quitte. Thomas le reconnaît aujourd’hui: il ne savait pas lui manifester son amour, aveuglé par son orgueil. Par ailleurs, le gaillard tatoué au crâne rasé faisait peur à sa belle-famille, laquelle a poussé à leur séparation. En effet, Thomas était loin d’être un enfant de chœur.

35 passages devant le juge
Versé dans le rap violent depuis ses dix-huit ans, il multiplie les infractions: «J’étais de toutes les bagarres. J’ai fait de la prison préventive et deux ans de peine privatives de liberté, du travail d’intérêt général et des arrêts domiciliaires», relate Thomas. Il passe pas moins de trente-cinq fois devant les juges, une fois pour braquage et les autres fois pour agressions, lésions corporelles simples, injures envers l’autorité, propos racistes et incitation à la haine raciale. «J’aurais dû faire plusieurs fois de longues peines mais Dieu a empêché que je scelle mon destin en prison, en tuant quelqu’un ou étant moi-même tué», reconnaît-il.


Devenir père a provoqué un électrochoc chez Thomas. Pour protéger son enfant, il tourne alors le dos à sa vie délinquant. De l’extrême-gauche apolitique, il passe cependant à l’extrême-droite et commence à fréquenter le milieu néo-nazi.

Jamais remis de son passage en foyer
La haine de la société qui le pousse à ces mauvaises fréquentations remonte à une blessure d’enfance: «Quand j’avais environ quatre ans, mes parents se sont séparés et mon frère et moi avons été placés dans un foyer d’accueil où les humiliations et les violences étaient courantes. Cette plaie est restée ouverte même si plus tard, de dix à seize ans, j’aimais profondément Jésus», relate Thomas. Effectivement, au travers de leur crise conjugale, ses parents ont rencontré Dieu, reconstruit leur couple et témoigné de leur nouvelle foi à leurs enfants.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © Ixène
 

x