L'article

Haïti, une foi inébranlée

Haïti, une foi inébranlée
 
16.02.10 - Comment les Eglises haïtiennes gèrent-elles l’après-séisme? 60% des bâtiments d’Eglises sont endommagés ou détruits dans les trois grandes villes frappées, d’après un pasteur local. Aux conséquences physiques et matérielles s’ajoutent la détresse et la colère, mais aussi une foi sans complexe. Témoignages
«C’est une épreuve sans pareille», déclare Eris Labady. Ce pasteur haïtien supervise la dizaine d’Eglises d’une mission appelée «Chapelle évangélique». Sa propre communauté n’a pas été touchée, mais l’une des églises et écoles implantées par la mission dans les hauteurs de Côte-de-Fer est complètement détruite. Pour l’heure, c’est de la gestion de crise: «Nous prenons des nouvelles de nos collaborateurs. Nous n’avons perdu personne, mais beaucoup ont perdu des proches. Plusieurs dorment encore à ciel ouvert». Les interventions, concentrées sur la capitale, sont quotidiennes. La mission a délégué une équipe avec des médicaments. Elle essaie de fournir un peu d’eau, de nourriture, des tapis, «tout ce qui peut aider à la situation immédiate.»

Et il faut faire face aux mauvaises nouvelles qui arrivent peu à peu.
«Un pasteur et son assistant, dans la zone de Delmas, venaient de terminer un service funéraire lorsque le tremblement de terre s’est produit. Ils sont tous les deux décédés», confie Eris Labady.

Au «Centre de Vie» à Gonaïves, là aussi, on fait ce que l’on peut. La communauté évangélique n’a pas été physiquement touchée. Des habitants de Port-au-Prince ont été ramenés et accueillis; parmi eux, plusieurs membres d’une communauté amie dont le bâtiment s’est écroulé, faisant une cinquantaine de victimes, dont le pasteur. Un peu d’aide matérielle a été apporté sur place et un culte de commémoration a été organisé au sein de l’Eglise d’accueil.

Effets secondaires
Le séisme engendre aussi des «effets secondaires» que doivent gérer les pasteurs. «On fait face à une certaine psychose», explique Eris Labady. «Les gens ont peur des buildings. Ils ne veulent plus se réunir sous les toits. La menace de nouvelles fortes secousses effraie». Un ami pasteur lui confiait quelques semaines plus tôt qu’il s’était réuni avec ses ouailles sous un tunnel. Un avion a survolé la zone, effrayant des pigeons et provoquant un gros remue-ménage. Les fidèles ont tout laissé en plan et le prédicateur s’est retrouvé seul, en chaire.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © Alliance Presse
 
En savoir plus

Elan de générosité

L’élan de générosité que suscite Haïti profite aussi aux ONG chrétiennes. Medair (Suisse et France) a récolté plus de CHF 430 000.-, la Fondation du Protestantisme 350000 €, SEL France plus de 300 000 €, le réseau d’Espoir (regroupant plusieurs ONG) plus de CHF 350 000.-, ADRA (Suisse et France) CHF 300 000.- et Compassion Suisse CHF 115 000.-, au 10 février.

Medair construit 1100 abris temporaires (toile sur une structure en dur, photo), le Réseau d’Espoir apporte de l’aide alimentaire à près de 4000 personnes chaque jour. Natacha Horton

 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x