L'article

«Evidemment»: France Gall

«Evidemment»: France Gall
 
22.01.18 - Ces Hits entrés dans l'histoire.
«A quoi ça sert de courir partout? On garde cette blessure en nous, comme une éclaboussure de boue.» Ces lignes ne sont pas une référence à la foi, mais elles évoquent avec justesse une vision biblique du deuil et de la mort.

Evidemment n’est pas le plus grand des tubes de France Gall, mais il en est certainement un des plus poignants, surtout maintenant qu’elle vient de nous quitter.
Ecrit pour elle par Michel Berger après la mort accidentelle de leur ami Daniel Balavoine, la chanson décrit la réaction humaine devant le deuil: «Y a comme un goût amer en nous, comme un goût de poussière dans tout, et la colère qui nous suit partout.»

Amertume, colère et «toutes ces questions qui ne tiennent pas debout»: la perte de ceux que nous aimons reste une blessure qui ne se referme jamais complètement. Evidemment, on n’arrête pas de danser et de rire, même «pour des bêtises». Mais quand l’enfant devient adulte et, confronté au deuil, prend conscience de sa propre finitude, rien n’est plus «comme avant».
La question «À quoi ça sert de courir partout?» semble faire écho aux interrogations de l’Ecclésiaste. La blessure profonde du deuil, comme une éclaboussure de boue dont on ne peut pas se débarrasser, ternit tous les aspects de la vie. Danser et rire ne suffiront jamais à conjurer le malheur du monde. En écoutant cette chanson, je retrouve une évocation de ma propre révolte devant la mort. Certains aspects de ce monde méritent bien la colère et la mort en fait partie. Elle est une usurpatrice selon le récit biblique. Elle n’avait pas sa place ici.

Nous ne parvenons pas à nous habituer à la séparation du deuil. Tout notre être aspire à l’éternité. D’ailleurs, à écouter nos artistes, on dirait que l’être humain semble vivre avec une voix qui lui chuchote au cœur: «Tu n’as pas été fait pour mourir.»
En fait, c’est une des raisons pour lesquelles je suis chrétien. J’ai découvert en Christ quelqu’un qui a su effacer «l’éclaboussure de boue» et dépasser cette frontière ultime de l’expérience humaine: la mort.

Jonathan Hanley

Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © DR
 
En savoir plus

Evidemment

Y a comme un goût amer en nous
Comme un goût de poussière dans tout
Et la colère qui nous suit partout

Y a des silences qui disent beaucoup
Plus que tous les mots qu'on avoue
Et toutes ces questions qui ne tiennent pas debout

Évidemment
Évidemment
On danse encore
Sur les accords
Qu'on aimait tant

Évidemment
Évidemment
On rit encore
Pour les bêtises
Comme des enfants
Mais pas comme avant

Et ces batailles dont on se fout
C'est comme une fatigue, un dégoût
A quoi ça sert de courir partout
On garde cette blessure en nous
Comme une éclaboussure de boue
Qui n'change rien, non, qui change tout

Évidemment
Évidemment
On danse encore
Sur les accords
Qu'on aimait tant

Évidemment
Évidemment
On rit encore
Pour des bêtises
Comme des enfants
Mais pas comme avant

 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x