L'article

Etre esclave de Dieu pour vivre libre

Etre esclave de Dieu pour vivre libre
 
19.09.11 - Les chrétiens sont des esclaves... de Dieu: c’est cette vérité un peu oubliée que John MacArthur veut rappeler au monde chrétien. Car ce n’est qu’à ce prix que les croyants vivront une authentique liberté, débarrassés de leur ancien esclavage et dévoués à un maître qu’ils aiment.
«On entend souvent dire que Dieu veut combler nos désirs. On compare Jésus à un assistant, prêt à nous aider dans notre quête d’autosatisfaction et d’épanouissement individuel. Or le vrai christianisme ne consiste pas à ajouter Jésus à ma vie, il s’agit plutôt pour moi de me consacrer pleinement à lui, en me soumettant complètement à sa volonté et en cherchant avant tout à lui plaire». Dans son dernier ouvrage, Esclave (éd. Les publications chrétiennes), John MacArthur met un coup de pied dans la fourmilière de certains acquis du monde évangélique. Il propose un changement de perspective radical: les chrétiens sont des esclaves soumis inconditionnellement à leur maître, Dieu. Un bouleversement qui s’accompagne d’un paradoxe: c’est dans cet esclavage que nous trouvons notre vraie liberté.

Tous esclaves de quelqu’un
L’usage du mot «esclave» n’est-il cependant pas quelque peu exagéré? John MacArthur assure que non, notant que les Bibles anglaises et françaises ont délibérément et presque systématiquement traduit le mot original «esclave» par «serviteur». En réalité, aussi bien Paul que Jacques (Jac.
1, 1), Jude (Jude 1, 1) et Pierre (2 Pi. 1, 1) se définissent comme des esclaves de Christ. Et plusieurs textes font de tous les chrétiens des esclaves (1 Cor. 7, 22). Même dans le ciel, plutôt que de s’éclater, ils seront des esclaves qui adoreront leur maître (Ap. 19, 5). Pourtant, écrit le théologien et prédicateur, «le christianisme contemporain adopte un langage qui est tout sauf celui de l’esclave».

Un acteur de films pornos entré au service de Billy Graham
Mais en quoi le fait d’être esclaves du Christ change-t-il quelque chose? Charles Spurgeon, prédicateur réformé baptiste du 19e siècle, a écrit: «Nous ne sommes jamais aussi libres que lorsque nous assumons notre servitude sacrée», c’est-à-dire quand nous sommes des esclaves de Dieu.
Le pasteur John Glass, qui a invité John McArthur en octobre pour une conférence à Genève, illustre comment l’être humain, d’abord esclave du péché, du mal et du diable, trouve sa liberté dans son asservissement à Dieu: «Il y a vingt ans, j’ai rencontré un homme qui produisait des films pornographiques. C’était son droit, il était libre à cet égard. Puis, par la foi, il a reçu Jésus-Christ comme Sauveur et Seigneur. Son cœur a été immédiatement attristé par sa profession, son droit est devenu un fardeau.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © Alliance Presse
 

Boutique
Facebook
 
Lien QR code
partagez ce site grâce au QR Code
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x