L'article

En été, c’est l’occasion de...

En été, c’est l’occasion de...
 
24.06.19 - Le temps ralentit, l’esprit se relâche, l’été est là. Comment faire de cette période estivale un investissement à long terme? Idées.

Dossier: Réflexions estivales
...fortifier ses amitiés
«Quand on est confronté aux questions de fin de vie, on ne regrette généralement pas de ne pas avoir travaillé davantage, mais plutôt de ne pas avoir passé davantage de temps avec sa famille ou ses amis. On est souvent absorbé par toutes sortes de choses, mais l’essentiel est là pour la plupart des gens: les relations», remarque la psychologue Sarika Pilet. La spécialiste en psychothérapie ajoute que dire à ses proches, amis, collègues, etc. qu’ils sont appréciés met des mots sur ce qui est important et a pour effet de renforcer les liens. «Entretenir de bonnes relations est un facteur de résilience, de longévité et de bonheur», poursuit-elle en citant une étude longitudinale de la Harvard Medical School.
Si l’été est propice pour dire son appréciation, c’est que le stress de nos vies trépidantes nous fait perdre le contact avec soi-même et ce que l’on ressent: «On est axé sur la performance et plus aussi disponible pour l’autre», détaille Sarika Pilet. Comment en sortir?

La psychologue suggère de mettre de côté ce qui préoccupe pour se poser et retrouver une disponibilité: «C’est l’idée de dégager son espace intérieur sans avoir dans la tête “en tâche de fond” qu’il faut encore faire ceci ou cela.» Mais elle avertit que cela ne se fait pas d’un coup de baguette, «car les hormones du stress mettent du temps à se dissiper».
Autre atout de l’été: du temps pour des moments récréatifs ou informels est libéré car un certain nombre d’occupations (comités, réunions d’Eglise) sont suspendues pendant cette période. C’est donc l’occasion pour des activités permettant le partage, comme des grillades, randonnées, sorties en bateau, visites de villes, note Sarika Pilet. Egalement pour faire ensemble des expériences nouvelles (stage de peinture, saut en parapente) et partager des émotions communes, ce qui participe au renforcement des liens. Et si les personnes auxquelles on souhaite dire qu’elles comptent pour nous sont loin, pourquoi ne pas prendre le temps d’écrire une carte ou une lettre «à l’ancienne»? Leur valeur affective sera supérieure à celle d’un simple WhatsApp ou SMS.

...replacer la prière au centre
On a beau en faire une bonne résolution, être assidu dans la prière est un défi. Et si on profitait des plages (au propre comme au figuré) libres que l’été offre pour (re)développer une discipline de prière? Dans La Prière (éd. CLE), Tim Keller analyse en effet que si la prière est une conversation avec Dieu, elle est aussi «un travail».
Selon l’auteur de renom, elle devrait être pratiquée chaque jour de façon résolue, même si nous n’en avons pas «envie» ou avons l’impression de ne rien en retirer. Car s’abstenir de prier, c’est comme être en colocation avec une personne et ne pas lui adresser la parole. «La prière nécessite un effort. Il faut choisir de prier même quand les émotions fluctuent», souligne-t-il.
Mais cette discipline est payante, car la prière nous offre une autre vision des choses, une force et la conscience de la présence de Dieu, poursuit Tim Keller. Selon lui, «le simple fait d’exprimer oralement à Dieu nos besoins, peurs, espoirs, préoccupations, questions, problèmes et péchés nous oblige presque immédiatement à les considérer autrement.» Et d’illustrer son propos avec l’image d’un randonneur qui, arrivant sur une colline, a une vision d’ensemble du chemin parcouru. Il développe encore que c’est par la prière que notre connaissance abstraite de Dieu devient une réalité tangible: «Nous ne nous contentons plus de croire en la gloire de Dieu, nous la sentons. Nous ne croyons plus abstraitement que Dieu nous aime, nos cœurs sont inondés de son amour.»
En dernier lieu, Tim Keller est convaincu que la prière nous amène à une meilleure connaissance de nous-même car elle nous pousse à être honnête. Il l’exprime en citant Peter T. Forsyth: «La prière authentique nous empêche de nous tromper nous-mêmes. Elle met à mal notre égo. Elle éclaire notre vision spirituelle.» Ainsi, nous ne pouvons réellement mieux connaître Dieu sans en venir à mieux nous connaître nous-mêmes: «L’inverse est également vrai. Si je nie mes faiblesses et mon péché, je serai également aveugle quant à la grandeur et gloire de Dieu.» Et pour finir, la prière induit une confiance et un espoir sans faille, ainsi que l’envie de soumettre notre vie entière par amour pour Dieu: «Si Dieu n’a pas la première place, nos prières seront égoïstes et dévastatrices», n’hésite pas à écrire Tim Keller.

Sandrine Roulet

Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © iStockphoto
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x