L'article

En 2019, je persévère dans ma vie de prière

En 2019, je persévère dans ma vie de prière
 
20.12.18 - Une vie de prière quotidienne nourrie et enrichissante demande du temps, de la concentration et une intimité avec Dieu. Pour la nouvelle année, cinq pistes concrètes pourraient redonner de la fraîcheur à vos temps de prière.
La fatigue, une situation familiale compliquée, un moment de découragement, autant de raisons qui peuvent nous décourager de persévérer dans nos prières. Et pourtant, la Bible nous exhorte: «Priez sans cesse» (1 Thess. 4, 17). Mais pour quelles raisons persévérer?

Dans l’intimité avec Dieu
Responsable d’une maison de prière à Genève, Elvire Dieny explique que la prière est un moyen d’échanger avec un Dieu qui désire développer une relation réelle avec nous. «Si nous sommes perturbés par des émotions ou des préoccupations, nous avons meilleur temps de les apporter à Dieu plutôt que de vouloir les repousser dans un coin de notre tête», constate-t-elle. La prière permet donc de lui confier nos doutes, notre tristesse ou notre culpabilité. De cette manière, nous venons à lui à cœur ouvert pour qu’il nous rencontre et nous soulage.
Entrer dans l’intimité avec Dieu commence par la confiance qu’il vit en nous par son Saint-Esprit et qu’il désire communiquer avec nous. Dans un premier temps, il est nécessaire de faire de la place pour Dieu dans nos cœurs.
Elvire Dieny relève un élément important: «Revenir en soi-même», c’est-à-dire «cesser d’être tourné vers le passé ou le futur, arrêter de se disperser et de s’agiter». Une deuxième étape consiste à prendre conscience que Dieu est présent. «Jésus, tu es là» est une simple prière pour l’inviter et pour apprécier sa compagnie, comme un ami que nous aurions invité.

La valeur thérapeutique
«La prière peut être thérapeutique dans la mesure où elle nous permet d’exprimer sans filtre tout ce que nous vivons, pensons, ressentons à quelqu’un qui gardera une totale confidentialité et ne nous jugera pas», explique Elvire Dieny. Un autre aspect bénéfique de la prière est d’être en communion avec un Dieu qui guérit, empreint de compassion et juste. «Dans cette communion, il déverse en nous son Saint-Esprit et vient nous rencontrer dans des endroits de notre être que nous ne pouvons pas atteindre nous-mêmes», témoigne Elvire Dieny.
Dans le cadre de la relation d’aide ou d’un processus de guérison, la prière des accompagnants est aussi thérapeutique. Lorsque nous nous sentons trop blessés pour vivre cette communion guérissante avec Dieu, les prières des autres nous fraient un chemin jusqu’à Jésus.

Se décentrer
Nous avons tendance à centrer nos prières sur nos besoins, problèmes ou attentes. «Un aspect bénéfique de la prière pour les autres est qu’elle nous décentre de nous-même», détaille Elvire Dieny. Car prier pour les autres nous rappelle notre responsabilité vis-à-vis d’eux. Selon elle, la prière nous rend conscient de la place que nous pouvons prendre dans la société et permet à notre entourage d’«expérimenter concrètement la réponse de Dieu par nos prières et par notre engagement».

Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © Istockphoto
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x