L'article

Devenir un prophète dans sa propre maison

Devenir un prophète dans sa propre maison
 
25.06.18 - Lorsqu’une personne rencontre Jésus-Christ, elle garde rarement cette expérience pour elle. Dans son enthousiasme, elle en parle aux membres de sa famille, avec l’espoir qu’ils se tourneront aussi vers ce Dieu d’amour. Mais souvent, c’est plutôt le désarroi qui domine, voire l’incompréhension. Etre témoin dans sa famille, une mission à relever. Perspectives.
D’où vient ce sentiment qu’il est plus difficile de témoigner à sa famille qu’à d’autres cercles relationnels? «La famille est le lieu par excellence où l’on ne peut pas tricher. On nous voit vivre, donc le partage de la foi touche directement la vérité», constate Walter Zanzen, pasteur de l’Eglise de Réveil à Genève. Et même si la confiance règne, être le premier de sa famille à faire une expérience avec Dieu peut provoquer étonnement, respect, mais aussi doute ou opposition.
Selon le pasteur, le plus douloureux est certainement lorsque la famille est ancrée dans une religion et que la foi en Jésus représente une menace pour celle-là. Pour Jean-Pierre Magréault, évangéliste à France Evangélisation, différentes peurs entrent aussi en jeu: celle de ne pas être compris par ses parents, qu’ils réagissent mal et nous rejettent. Et pour ces derniers, peur que leur fille ou fils ait intégré une secte ou encore qu’il/elle remette en questions les valeurs familiales.

La famille de Jésus, loin d’être idéale
Face à ces défis familiaux, se rappeler que la propre famille de Jésus a eu de la difficulté à croire en lui est apaisant. Pour exemple, Walter Zanzen évoque Mc. 3, 21, où les parents de Jésus sont venus se saisir de lui «car ils disaient: “Il a perdu la raison”».
Où encore Mat. 13, où les auditeurs de Jésus restent perplexes face à sa sagesse et ses miracles, car ils connaissent sa famille. Ce qui fait dire au Christ qu’«un prophète est méprisé dans sa propre patrie et dans sa maison». «Ceux qui nous connaissent le mieux sont parfois ceux qui n’acceptent pas notre nouvelle identité», analyse Jean-Pierre Magréault, «mais nous pouvons garder espoir, car les frères et sœurs de Jésus ainsi que sa mère étaient présents à la Pentecôte,
attendant le Saint-Esprit».
Tout au long de sa vie, Jésus a conservé une attitude exemplaire envers sa famille, n’ayant pas honte de les appeler ses frères, ne cherchant pas à contrôler leur comportement mais ne se laissant pas non plus conditionner par le leur, commente Walter Zanzen. Et même sur la croix, il prend soin de sa mère en la confiant aux soins de Jean.

Persévérance et patience
Quels sont les éléments essentiels pour être un bon témoin dans sa famille? Pour Jean-Pierre Magréault, le plus important est une vie qui parle plutôt qu’une bouche qui en dit trop: «Notre persévérance dans la foi finira par susciter des questions.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © iStockphoto
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x