L'article

Des politiciens attentifs à la persécution

Des politiciens attentifs à la persécution
 
25.06.18 - En amont de Persecution.ch qui a lieu le 23 juin à Berne, trois politiciens chrétiens partagent leurs façons de sensibiliser le Parlement à la persécution.
«Il est possible de dialoguer avec le gouvernement en relayant les infos des ONG au responsable du Département des Affaires étrangères», indique d’emblée Marc Jost, député PEV bernois et secrétaire général du RES en Suisse allemande. Pour alerter le Parlement de la situation des chrétiens persécutés dans le monde, une autre possibilité est de déposer une motion ou interpellation sur la situation d’un pays ou sur l’engagement suisse pour les Droits de l’homme, notamment la liberté religieuse.

Vers davantage d’humanité et d’ouverture
Conseiller national PLR, Laurent Wehrli se souvient qu’il y a quelques années le Parlement a validé la proposition «que la situation des chrétiens persécutés soit suivie dans les rapports sur les affaires extérieures et soit un axe d’engagement dans le cadre de l’aide au développement». Il ajoute encore qu’un politicien peut s’associer à l’envoi de courriers aux ambassadeurs de pays concernés.

Pour Jacques-André Maire, conseiller national PS, les élus chrétiens peuvent œuvrer à l’évolution du droit d’asile vers plus d’humanité et d’ouverture «car ces dernières années, ce droit s’est durci sous la pression de certains partis et avec l’assentiment d’une majorité du peuple suisse lors de votations populaires».

Sensibiliser la population
Ceci dit, comment sensibiliser aussi l’opinion publique à la situation des chrétiens persécutés?
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © iStockphoto
 
En savoir plus

Des cas passés au peigne fin

Pourquoi des chrétiens menacés dans leur pays ne reçoivent-ils pas forcément l’autorisation de rester en Suisse? C’est le résultat du durcissement du droit d’asile, déplore Jacques-André Maire: «Notre pays a tendance à se replier sur lui-même et à perdre sa vocation de terre d’asile.» Laurent Wehrli explicite toutefois que la notion de «persécution en raison de sa foi» est reconnue dans les principes constitutionnels régissant le droit d’asile.
Et de poursuivre que «les situations sont bien souvent plus complexes et doivent être analysées en regard des règles fixées». Marc Jost le rejoint sur ce point: «Il est essentiel de connaître la situation exacte d’un demandeur d’asile et de donner des informations correctes à l’Etat. On ne peut pas dire que toute personne devant repartir en Iran est en danger.» Et d’ajouter que le Réseau évangélique suisse, qui a une coordinatrice pour l’accueil des réfugiés, travaille dans ce sens.
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x