L'article

D’Eden à la théologie critique: la longue histoire du relativisme

D’Eden à la théologie critique: la longue histoire du relativisme
 
21.10.19 - Les sociétés humaines avancent en tension entre progressisme et conservatisme. Cette opposition nourrit les débats actuels autour de questions éthiques, de culture d’Eglise et de projets sociétaux concernant, par exemple, le droit de la famille. Historiquement, les chrétiens n’ont pas toujours été du côté conservateur, étant même à la pointe du progressisme en période de réveil.
Un rappel historique, le verdict de trois pasteurs et un test perso constituent ce dossier du Christianisme Aujourd’hui.
En tant que courant de pensée, le relativisme tire sa source dans le monde gréco-romain; selon lui, il n’y aurait ni valeur absolue ni transcendance pour déterminer la pertinence d’un système de croyances. Dès lors, celui-ci n’est pas moral en soi, mais défini comme tel de manière subjective. «L’homme est la mesure de toute chose» écrivait Protagoras. A Jésus qui déclarait: «Je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité. Quiconque est de la vérité écoute ma voix», Ponce Pilate a répondu avec dédain: «Qu’est-ce que la vérité?»
Ravi Zacharias, apologiste chrétien bien connu Outre-Atlantique, fait remonter le relativisme au récit même des origines de l’humanité. «Le postmodernisme est apparu dans le jardin d’Eden lorsqu’Adam et Eve se sont interrogés: “Dieu a-t-il vraiment dit?”»

Jésus et la lettre de la loi
Le conservatisme s’attache à la tradition comme un garant du bon sens et tend à préserver l’ordre social existant, qu’il considère basé sur des lois naturelles ou transcendantes. Quand il est appliqué aux chrétiens, il désigne l’attachement à des fondements de la foi posés comme absolus.
Pour le pasteur suisse Jean-Pierre Besse, le mot «conservatisme» est toutefois piégé.
Selon lui, c’est le fondamentalisme qui décrirait mieux la position évangélique.
Jésus s’est d’ailleurs souvent heurté à un conservatisme religieux qui lui faisait barrage: «Et vous, pourquoi transgressez-vous le commandement de Dieu au profit de votre tradition?» (Mat. 15,3).
«L’apôtre Paul avait compris que depuis Jésus, on ne pouvait plus rester enfermé dans la lettre de la loi» commente Jean-Pierre Besse. «Il a osé dire que la circoncision étant une réalité intérieure, liée à la foi en Jésus, elle n’avait pas besoin d’être imposée aux non-juifs.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © iStockphoto
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x