L'article

Compte les bienfaits de Dieu!

Compte les bienfaits de Dieu!
 
22.10.12 - Remercier Dieu chaque jour et vivre dans la reconnaissance, c’est possible. Mais un tel état d’esprit ne s’acquiert que dans un cheminement intérieur persévérant. Le point avec le théologien Louis Schweitzer.
«La reconnaissance est la mémoire du cœur», écrivait l’auteur et poète danois Christian Andersen. Mais sait-on vraiment profiter des beautés de l’existence avec reconnaissance? Les considérons-nous comme allant de soi ou regardons-nous le verre à moitié vide sans lever les regards plus haut? Des conflits intérieurs sourds chez l’être humain bouleversent sa manière d’observer son existence et le monde. Comment être reconnaissant en toute chose, malgré les épreuves? Est-ce même nécessaire? Une leçon de vie intérieure qui porte apparemment bien des fruits.

La reconnaissance, un enrichissement
Selon le théologien Louis Schweitzer, «la reconnaissance est la conscience des dons et des cadeaux que j’ai reçus, la vie et la réalité de ce que je suis et de ce que je vis. C’est l’attitude de celui qui sait qu’il a beaucoup reçu». Louis Schweitzer fait ainsi la distinction entre deux types de reconnaissance: celle qui concerne les choses que nous avons reçues et celle qui consiste à rendre grâce pour toute chose.
L’apôtre Paul encourageait déjà les chrétiens du premier siècle à développer un cœur reconnaissant en toutes circonstances: «Tout ce que vous faites, en paroles ou en actions, faites-le au nom du Seigneur Jésus, en remerciant par lui Dieu le Père» (Col. 3, 17).
La Bible met en lumière de nombreuses personnalités remarquables par leur esprit de reconnaissance, sincères et généreuses. Une attitude d’esprit qui, d’après le théologien, témoigne de la dépendance de l’homme vis-à-vis de Dieu: «Au-delà des circonstances extérieures, c’est être capable de lui dire: “Je sais que tout vient de toi et je reconnais ta main. La vie n’est pas une somme de hasards froids, mais le fruit de ton amour bienveillant”. Rendre grâce, c’est nous aider à en être conscients». Marie de Béthanie, dans les Evangiles, était une femme modeste, qui a versé sur les pieds de Jésus son parfum de nard pur, fruit de plusieurs années d’économies, comme une offrande à celui qu’elle a reconnu comme son Sauveur.

Le deuil est permis, mais il n’est pas une fin en soi
Comment témoigner sa reconnaissance et sa gratitude en toute chose?
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © Alliance Presse
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x