L'article

Comprendre et cultiver la laïcité

Comprendre et cultiver la laïcité
 
21.09.15 - Auteur de «Laïcité, athéisme d’Etat ou principe de liberté»
(éd. Croire Publications), le juriste et pasteur Erwan Cloarec défend une vision de la laïcité ouverte et généreuse. Entretien.
Forte de sa longue tradition de la laïcité, la France devrait être un modèle en la matière. Or la cohabitation de différentes croyances, religions et incroyances suscite régulièrement des vagues. Comment l’expliquez-vous?
Nous sommes devant une incompréhension qui s’est installée dans la culture française, dans les médias et relayée par les politiques, à mille lieues de la laïcité des origines, celle de 1905. Michel Onfray, grand pourfendeur du christianisme, résume la pensée de notre époque. Dans son brûlot Traité d’athéisme, voici ce qu’il dit: «La laïcité se bat pour permettre à chacun de croire à son Dieu et d’avoir des convictions, pourvu qu’il n’en fasse pas état publiquement». Pour lui, la religion sera bien vue si elle se fait discrète.
Si un sondage s’intéressait à la définition de la laïcité, on entendrait probablement qu’il s’agit de la séparation de l’Eglise et de l’Etat et l’évacuation du fait religieux hors de la sphère sociale et publique.
Mais la laïcité, c’est tout sauf ça. A partir des travaux sur la laïcité du sociologue Jean Baubérot, j’affirme que la laïcité est d’abord la défense de la liberté de conscience et de l’égalité entre tous les citoyens, quelles que soient leurs convictions.
Les principes de séparation de l’Eglise et de l’Etat, et de la neutralité de la puissance publique, interviennent comme des moyens utiles au service de ce régime de liberté et d’égalité entre tous. Le danger vient quand nous prenons ce principe de séparation comme un but et non comme un moyen.

Que répondez-vous à ceux qui affirment que les religions sont nuisibles pour le vivre-
ensemble?

Il n’y a pas de fatalité. Je crois qu’il faut répondre en travaillant ensemble à une réhabilitation d’une laïcité bien comprise, et c’est un chantier qui est en cours. Au parti socialiste par exemple, deux camps s’affrontent sur ces questions, notamment en lien avec la question de l’islam en France.
Avec sa campagne Libre de le dire, le CNEF prend part à ce débat de la plus belle manière. L’organisation faîtière des évangéliques ne défend pas le pré carré des communautés qu’il représente. Il défend le respect de chacun. Il ne milite pas contre la laïcité, mais au nom de la laïcité.

Vous défendez le droit à la liberté d’expression des religions dans l’espace public. N’y a-t-il cependant pas des limites à respecter?
Il convient d’abord de définir ce qu’est l’espace public. Car ceux qui voudraient évacuer la foi de l’espace social invoquent la notion d’espace public pour dire qu’elle n’a rien à y faire. En droit, l’espace public ne représente pas une notion spatiale, mais correspond à une définition juridique et philosophique. Dans la compréhension française, l’espace public correspond à l’espace de l’Etat, de la Loi et des institutions communes.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © Alliance Presse
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x