L'article

Bilan positif pour la première décennie du CNEF

Bilan positif pour la première décennie du CNEF
 
23.12.19 - Officiellement créé en juin 2010, le Conseil National des Evangéliques de France célèbre cette année ses dix ans, l’occasion de revenir sur le chemin parcouru par l’institution faîtière durant cette première décennie.

Photo: Etienne Lhermenault (au centre) cède sa place à Christian Blanc à la tête du CNEF le 4 juin 2019.
Asa création, l’objectif du CNEF était d’arriver à rassembler le plus largement le milieu protestant évangélique, qui se trouve être fortement dispersé. Clément Diedrichs, directeur général du CNEF, souligne qu’à cette époque «on parlait de nébuleuse évangélique, une expression qui n’est plus utilisée aujourd’hui». Historien spécialisé dans l’étude du protestantisme évangélique, Sébastien Fath invite lui aussi à ne pas oublier le contexte qui a précédé la création du CNEF. Il rappelle ainsi qu’«il y avait de fortes tensions réciproques entre pentecôtistes et membres du réseau FEF».
De véritables progrès ont ainsi été accomplis au niveau des relations intra-évangéliques et le CNEF unifie aujourd’hui un peu plus de 70% des Eglises évangéliques. Clément Diedrichs tient toutefois à préciser que «l’objectif n’est pas de rassembler pour rassembler, mais afin de faciliter l’annonce de l’Evangile».

De belles réussites
En à peine dix ans, le CNEF s’est finalement développé plutôt rapidement. Ancien secrétaire général de l’Alliance Evangélique Française et l’une des chevilles ouvrières de la mise en place du CNEF, Stéphane Lauzet estime que «si parfois, au niveau local, il peut encore y avoir du travail à faire entre les différentes dénominations, on peut véritablement être reconnaissant pour le chemin parcouru». En effet, les sujets de réjouissance ne manquent pas, avec entre autres la mise en place du service pastoral auprès des parlementaires, non prévu au départ et dirigé par le pasteur Thierry Le Gall.
Clément Diedrichs considère également que cette première décennie a permis de mettre en place «un patrimoine commun interdénominationnel». Il illustre son propos en citant pêle-mêle les travaux de la commission juridique du CNEF autour de la campagne «Libre de le dire» ou ceux du comité théologique portant notamment sur le lien entre Eglises et œuvres.

Reconnaissance des autorités civiles
Le CNEF a su faire preuve de suffisamment de crédibilité pour devenir progressivement un acteur du dialogue avec les pouvoirs publics.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © DR
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x