L'article

Aimer celui qui vote autrement

Aimer celui qui vote autrement
 
20.03.17 - Alors que l’atmosphère politique n’a jamais été aussi polarisée et que les chrétiens en viennent eux aussi à se diviser, comment s’en tenir à ce précepte biblique fondamental de l’amour fraternel?
L’élection de Donald Trump a polarisé plus que jamais l’Amérique, les présidentielles françaises déchirent l’opinion. Dans ce contexte si tendu, est-il encore possible de laisser ses divergences politiques à l’extérieur de l’Église?

Des opinions profondément ancrées
«Les options politiques des uns et des autres sont souvent assez profondément ancrées et liées à des facteurs identitaires et sentimentaux importants», commente le pasteur Mattieu Sanders, par ailleurs diplômé de Sciences Po. «Il ne s’agit pas de débats purement intellectuels ou abstraits, loin s’en faut.
D’où leur caractère sensible et le fait qu’on se sent souvent attaquée personnellement lorsque ses options politiques sont prises à parti.»
«Le fossé toujours plus criant entre classes aisées et catégories plus modestes a notamment conduit à un véritable dialogue de sourds», observe-t-il. Dès lors, «ce que les uns voient comme une chance (l’ouverture à l’international, la mondialisation des échanges commerciaux et culturels) est vu par les autres comme une menace (des emplois qui vont disparaître, des valeurs étrangères qu’on veut imposer). Les réactions des uns et des autres sont donc compréhensibles parce qu’elles correspondent à leur expérience et dans une certaine mesure à leurs intérêts.»

Faire la différence entre la personne et ses opinions
Dans une telle atmosphère, comment parvenir à aimer encore son prochain, lorsqu’il se situe à l’opposé de l’échiquier politique? «Il convient de faire la différence entre les idées et la personne qui mérite toujours le respect en tant qu’être humain aimé de Dieu», préconise le conseiller national socialiste suisse Jacques-André Maire.
Le pasteur Marc Schöni a personnellement connu un contexte explosif lorsque la population du Jura suisse se déchirait entre pro-Bernois et pro-Jurassiens à l’époque de l’indépendance. Il témoigne: «Nous avons appris à laisser en-dehors de l’Eglise les débats qui divisent.» Et de préciser: «L’essentiel n’est pas de parler ou non de politique, mais de ne pas se diviser sur des questions où nous pouvons légitimement avoir des opinions diverses.» Dans la Bible, de nombreux passages évoquent en effet la priorité de l’amour entre frères et sœurs en Christ, rappelle Marc Schöni.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © Ixène
 

x