L'article

Adolescentes et enceintes

Adolescentes et enceintes
 
22.10.12 - Les grossesses chez les adolescentes sont un fait de société toujours plus répandu. Ce qui conduit aux questions difficiles de l’éducation sexuelle et de l’avortement.
Les pouvoirs publics et les associations d’aide à la famille poussent un cri d’alarme. Le nombre de grossesses imprévues et, partant, d’avortements, ne cesse d’augmenter chez les mineures alors que l’information sur la contraception n’a jamais été aussi importante. Manque de prévention, sexualité banalisée, défaut d’accès à la contraception, comment expliquer cette hausse inquiétante? Quelles solutions pour inverser la tendance?

13 000 IVG par année chez les adolescentes
16 millions de jeunes filles de 15 à 19 ans accouchent chaque année dans le monde, ce qui représente le 2,6% des adolescentes. En Suisse et en France, le taux de natalité chez les adolescentes est plus bas (respectivement 0,4% et 0,55%). Mais qui dit grossesses adolescentes, dit IVG. En France, 13 000 IVG sont pratiquées chez les adolescentes de moins de 18 ans, pour 4200 grossesses arrivant à terme. Et dans le monde, 10% des 50 millions d’avortements annuels sont le fait d’adolescentes.
L’IVG se vit comme un moyen de contraception et plus d’une sur trois s’avère une récidive.
Et pourtant, 70% des femmes qui ont recours à cette pratique disent être sous contraception. «C’est un paradoxe contraceptif. Il y a une différence entre l’efficacité théorique et la pratique, à cause des oublis de pilules ou des accidents de préservatifs», s’alarme Caroline Roux, secrétaire générale d’Alliance Vita et coordinatrice des services d’écoute pour les jeunes.
Elle dénonce aussi les failles de l’éducation affective et sexuelle scolaire, qu’elle considère comme «hygiéniste»: «On parle de moyens de contraception, mais sans insister sur la dimension affective et émotionnelle. Les jeunes ont besoin d’information, d’une éducation plus complète». Et la distinction entre contraception et avortement devrait être mieux expliquée, soupire Michel Hermenjat, éducateur et auteur de Cet enfant qui m’a manqué (éd. Première Partie).
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © Alliance Presse
 
En savoir plus

«On m'a encouragée à avorter»

Quand Sarah est tombée enceinte étant adolescente, elle a été confrontée à un choix difficile. Mais elle a rapidement pris sa décision, s’appuyant sur ses convictions chrétiennes. Elle a cependant ressenti une forte pression au moment de l’annonce de sa grossesse: «Au lycée, toutes mes amies m’ont dit qu’à ma place elles auraient avorté, qu’elles trouvaient ma décision immature, vu mon âge.
(...)
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x