L'article

Ça bouge en Corée du Nord, pour le meilleur ou pour le pire?

Ça bouge en Corée du Nord, pour le meilleur ou pour le pire?
 
28.05.18 - Après Moon Jae-in, ce devrait être au tour de Donald Trump de rencontrer le dictateur nord-coréen. Un sommet aussi attendu qu’incertain. La dénucléarisation ne doit pas faire oublier les Droits humains. Analyse.
Donald Trump et Kim Jong-un se rencontreront-ils pour un sommet historique à Singapour le 12 juin prochain? Compte tenu de la versatilité et de l’imprévisibilité de ces deux dirigeants, il est impossible à l’heure actuelle d’en avoir la parfaite assurance.
Quoiqu’il en soit, des avancées majeures ont eu lieu récemment dans la péninsule, avec notamment le sommet historique entre les deux dirigeants nord et sud-coréens à Panmunjom le 27 avril, la libération de trois prisonniers américains, l’engagement par la Corée du Nord à renoncer à tout essai nucléaire et à fermer son site conçu à cet effet d’ici le 25 mai.
Comme un scénario inventé par un auteur de science-fiction un peu trop optimiste, cette avalanche de bonnes nouvelles donne le tournis.
Mais qu’en est-il réellement?

Les Droits humains au premier plan
«Kim Jong-un a besoin d’investissements étrangers, alors il propose un apaisement», analyse John Choi, un Nord-coréen réfugié en Grande-Bretagne, collaborant avec Portes Ouvertes, dans une interview donnée au World Watch Monitor. Mais ce rescapé ne croit pas une seconde à une véritable paix ni liberté dans son pays.
«Au 20e siècle, nous avons connu les camps d’Hitler et les goulags de Mao. Au 21e siècle, il y a 200 000 prisonniers dans des camps d’internement en Corée du Nord.» Il estime que «tant que les chrétiens ne pourront pas tenir une Bible librement, il n’y aura pas de liberté. De nombreux chrétiens et des femmes et des hommes en souffrance en Corée du Nord comptent sur le président Donald Trump pour ne pas passer sous silence la persécution religieuse, la liberté d’expression et la liberté de mouvement quand il rencontrera Kim Jong-un.» John Choi craint que le seul objectif du dictateur soit de transformer son pays sur le modèle vietnamien, pour en faire un Etat communiste avec une économie socialiste, sans véritable liberté.
Des craintes que partage également Tomas Ojea Quintana, le rapporteur spécial de l’ONU sur la question des Droits humains en Corée du Nord.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © iStockphoto
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x